ACTUS LOCALESSOCIÉTÉ

Disparition du « pionnier » Jean-Claude Brouillet

Jean-Claude Brouillet s’est éteint ce weekend à l’âge de 91 ans. Véritable pionnier du tourisme et de la perliculture en Polynésie, cet ancien résistant, aviateur, chef d’entreprise et écrivain aura eu plusieurs vies toutes plus remplies et incroyables les unes que les autres.

Né en 1925 à Villeneuve-sur-Lot, Jean-Claude Brouillet entre dans la résistance à l’âge de 16 ans sous l’occupation. Arrêté à plusieurs reprises, il rejoint finalement l’Afrique en 1942 pour s’engager dans les Forces françaises libres et devenir pilote à la base aérienne de Libreville au Gabon. Après la guerre, Jean-Claude Brouillet reste au Gabon et se lance d’abord dans les transports pour gagner assez d’argent pour créer sa propre compagnie aérienne, puis son école de pilotage. A 35 ans, le pionnier de l’aviation vend tous ses biens au Gabon pour partir faire le tour du monde à bord du voilier « L’African Queen ». Il pose alors ses valises en Polynésie française et décide de se lancer dans le tourisme en créant les hôtels Kia Ora à Moorea et Rangiroa. Il achète ensuite l’atoll de Marutea-Sud aux Tuamotu et place toute sa fortune dans la perle noire, jusqu’alors quasiment inconnue à l’international. En s’associant avec le courtier new-yorkais Assael, Jean-Claude Brouillet réussit pourtant à exporter le bijou sur les marchés mondiaux. Ecrivain à ses heures, il publie deux livres parmi lesquels L’île aux Perles Noires en 1985 pour raconter cette expérience.

Décoré de la croix de la légion d’honneur, de la médaille de la résistance, de la médaille de la France libre, de l’ordre de Malte, de la médaille de l’Aéronautique et de l’étoile équatoriale, Jean-Claude Brouillet s’est éteint ce weekend à l’âge de 91 ans. Il était père de huit enfants.

Article précedent

Le parquet envisage un appel dans l'affaire Honotua

Article suivant

Elie Semoun : "A Tahiti, j'ai vraiment senti la bienveillance"

4 Commentaires

  1. Gaet
    29 mars 2016 à 10h11 — Répondre

    Avec Jean Claude nous etions amis, nous nous sommes connus en Afrique, Je sais qu’il vivait a Solvang en californie mais je n’ai pas d’adresse ni e-mail. j’aimerai contacter sa famille

  2. Niece
    31 mars 2016 à 6h37 — Répondre

    Bonjour

    Je suis la nièce de Jean Claude.

    J aimerais avoir des précisions quant à vos relations et les dates et ainsi que votre nom. Prénom. Afin de vérifier les informations que vous me dites.

    Ces précautions sont utiles pour ma famille vous le comprendrez aisément.

    Cordialement

  3. 14 mai 2016 à 11h54 — Répondre

    Aviateur du dimanche et arrivé en Polynésie en 1990, , je viens de lire d’affilée L’avion du Blanc et L’île aux perles Noires. Bon sang, quel Monsieur. Avec un M majuscule. Chapeau. Il faut faire un film sur la vie de ce mec là.

    • MICHEL FOURRE
      6 mars 2017 à 1h36 — Répondre

      Bonjour,Marc : J’ai connu Jean Claude à Tahiti,impossible de me procurer son livre l’île aux perles noires. j’ai passé plusieurs soirées avec lui à « réparer » son voilier ,la vadura…un petit prêt svp. cdt [email protected]
      M FOURRE

Laisser un commentaire

PARTAGER

Disparition du « pionnier » Jean-Claude Brouillet