ACTUS LOCALESENVIRONNEMENT

193 veut un référendum sur la question du nucléaire

ASSOC 193

L’association 193 fêtait dimanche sa première année d’existence. L’occasion de faire un point sur les actions effectuées et celles en cours, notamment avec le projet de référendum local sur la question du Nucléaire en Polynésie. Un référendum qui donnerait du « poids » à l’action du Pays face à l’Etat.

Créée il y a un an, l’association 193, du nombre d’essais nucléaires tirés en Polynésie, se donne pour objectifs de préserver la mémoire historique du Pays sur le fait nucléaire, de sensibiliser les populations et de soutenir les actions. Mais l’association veut avant tout libérer la parole, le tabu qui entoure la question du nucléaire en Polynésie. Selon le président de 193, Père Auguste Uebe-Carlson, il existe beaucoup de « freins » à l’expression. L’aspect politique que certains jugent trop proche de l’idée d’indépendantisme, le relationnel avec l’Etat, le silence de l’Eglise catholique et la : « culpabilité ressentit par les personnes qui ont travaillé sur les lieux d’expérimentation ».

L’association milite aujourd’hui pour la mise en place d’un référendum local sur la question du nucléaire. Elle explique que la question précise qui sera posée n’est pas encore formulée et devra l’être par l’assemblée. Cette disposition est prévue par le statut d’autonomie de la Polynésie française dans l’article 159-1 : « le conseil des ministres peut soumettre à référendum local, après autorisation donnée par l’assemblée de la Polynésie française, tout projet d’acte réglementaire relevant de ses attributions ».

Dans ce but, les membres ont rencontrés tous les partis politiques représentés à l’assemblée. Des élus « très à l’écoute » même si souvent ils faisaient part d’un « certain malaise » que le Père Uebe-Carlson traduit par les relations que certains entretiennent avec l’Etat. L’association demande simplement à ce que le débat soit ouvert et que les élus : « qui ont largement voté la résolution proposé par le Tahoeraa » en novembre dernier « soient honnêtes et ramènent la question au peuple ».

Article précedent

Si le nomadisme politique m'était conté - Edito 25/08/2015

Article suivant

JOURNAL DE 12:00, LE 25/08/15

1 Commentaire

  1. tupai
    26 août 2015 à 11h58 — Répondre

    Rappelons quand même au père Auguste que le Tavini a été seul à s’opposer aux tirs nucléaires tandis que Papa Flosse garantissait aux Polynésiens l’innocuité des bombes françaises, les seules bombes H qui ne font pas mal, justement parce qu’elles sont françaises.
    ceci précisé, bonne chance dans tes projets père Auguste, on a besoin de tout le monde

Laisser un commentaire

PARTAGER

193 veut un référendum sur la question du nucléaire