EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

C’est fait, on a cassé le climat – Edito 23/06/2021

Hier en début de soirée tombait une dépêche de l’Agence Française de Presse à propos de laquelle j’aurais bien eu envie de pratiquer la politique de l’autruche. Des fois il y a des choses que vous n’avez juste pas envie de savoir ou d’entendre car il y a déjà suffisamment de motifs d’inquiétude qui nous tombent au coin du nez à chaque bulletin d’information. A juste titre vous pourriez vous demander pourquoi je décide de vous en parler, est-ce du sadisme pour vous pourrir la journée gratuitement ? En fait c’est parce que c’est suffisamment grave et que cela implique tellement de conséquences pour notre avenir que m’en faire l’écho ici m’apparait impératif.

On apprend ainsi qu’un projet de rapport des experts climat de l’ONU (le Giec) donne de premières conclusions particulièrement pessimistes pour notre avenir, pas si lointain que ça. Selon ce dernier aa vie sur Terre telle que nous la connaissons sera inéluctablement transformée par le dérèglement climatique quand les enfants nés en 2021 auront 30 ans, voire même encore plus tôt.

Au fil des 4000 pages de ce rapport alarmiste censé secouer les politiques, on y découvre en effet que si le monde en 2015 lors des fameux accords de Paris s’est engagé à limiter le réchauffement à +2°C par rapport à l’ère pré-industrielle, si possible +1,5°C, le Giec estime que dépasser +1,5°C pourrait déjà entraîner, je cite “progressivement, des conséquences graves, pendant des siècles, et parfois irréversibles”. En se référant à l’Organisation météorologique mondiale, la probabilité que ce seuil de +1,5°C sur une année soit dépassé dès 2025 est déjà de 40%.

L’on pourrait se dire que la Terre n’en est pas à son premier changement climatique majeur, qu’à chaque fois la faune et la flore se sont adaptés. Des espèces ont disparues, d’autres ont évoluées, d’autres sont apparues. Mais dans un laps de temps aussi court, l’espèce humaine n’en est pas capable, tout comme une multitude d’autres formes de vie qui pourraient quant à elles disparaître à jamais.

Malgré des développements très sombres justifiés par des analyses scientifiques étayées il s’avère que le rapport n’est pas non plus un pré avis de décès pour l’humanité et qu’il s’achève par une petite note d’espoir. A condition de prendre des mesures absolument drastiques et immédiates nous pourrons éviter le pire. Pourquoi malgré tout aies-je tendance à être pessimiste ?…

Article précedent

Rafales, ravitailleurs... L'armée de l'Air s'entraîne pour intervenir dans le Pacifique "à tout moment"

Article suivant

Médailles du travail : 19 employés du groupe Aline récompensés

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

C’est fait, on a cassé le climat – Edito 23/06/2021