ACTUS LOCALESSOCIÉTÉ

5 étudiantes mobilisées contre les violences faites aux femmes à l’UPF

Quatre des cinq étudiantes de l’association Taure’a Vahine Orama avec de gauche à droite Dayana, Turami, Hinahere et Lo-Maï.

Cinq étudiantes se sont portées volontaires dans le cadre d’un projet tuteuré à l’UPF pour lutter contre toutes les violences faites aux femmes. Cette association s’appelle Taure’a Vahine Orama et veut être un relais de Vahine Orama Tahiti Nui qui a été choisie pour ce tutorat. Les jeunes étudiantes victimes de violences pourront venir se confier avant d’être éventuellement orientées vers des personnes plus qualifiées pour les accompagner tout au long de leurs démarches. Un premier événement est prévu le samedi 30 novembre et proposera notamment un cours de self défense.

Les cinq jeunes filles se sont tout de suite portées volontaires quand leur professeur Jean-François Laborde a proposé ce projet. Il s’agit avec cette association de créer un premier contact étudiant avec les victimes de violences physiques, sexuelles ou morales. Parler à un adulte en étant une jeune femme n’est pas toujours chose aisée. Les jeunes filles ont eu écho de violences dans leur entourage avec des amies qui ont-elles mêmes été victimes. Ce projet universitaire à l’origine a vocation à perdurer dans le temps et les cinq jeunes filles vont le poursuivre au-delà leurs deux années d’études à l’UPF. Hinahere Vairaaroa est l’une des cinq membres de Taure’a Vahine Orama et décrit le futur rôle de l’association

Cette antenne de Vahine Orama en place depuis plus de quinze ans sera ainsi présente directement au cœur de l’UPF. Une première demi-journée d’action baptisée MANAHINE (le pouvoir de la femme) est prévue samedi 30 novembre de 9h à midi au restaurant universitaire. Des cours de self défense en partenariat avec TFK seront proposés ainsi qu’une prévention générale sur les différents types de violences faites aux femmes. Une autre journée d’action devrait avoir lieu le 8 mars à l’occasion de la journée mondiale de la femme. Un groupe Facebook Taurea Vahine Orama est aussi disponible pour tous ceux qui souhaitent échanger sur le sujet.

Article précedent

Le CHPF célèbre sa première journée de la prématurité

Article suivant

Affaire Haddad-Flosse : le parquet général et l’OPT se pourvoient en cassation

2 Commentaires

  1. MATA
    22 novembre 2019 à 15h30 — Répondre

    Un beau combat car la violence tout court est une plaie en Polynésie. N’en parlons pas de la violence à l’encontre des femmes, elle trouve son origine dans la frustration des personnes et leurs incapacités à communiquer si ce n’est par la force. Mais un des facteurs et non des moindres est cette drogue légale qu’est l’alcool qui cause de nombreux problèmes et s’ajoute à cela la précarité de familles de plus en plus nombreuses. Que les politiques se positionnent sur les faits divers car leur silence constant laisse à croire qu’ils cautionnent.

  2. Thérèse Maubert
    22 novembre 2019 à 18h13 — Répondre

    Bravo,Hina,pour ton investissement,ta maturité et ta détermination qui t’aide à avancer. Felicitations

Répondre à MATA Annuler la réponse.

PARTAGER

5 étudiantes mobilisées contre les violences faites aux femmes à l’UPF