AFPINTERNATIONAL

A Gand,"L'Adoration de l'Agneau mystique" surprend encore

Gand (Belgique) (AFP) – « L’Adoration de l’Agneau mystique », chef-d’oeuvre de la peinture primitive flamande (1432), est l’une des oeuvres d’art les plus connues au monde après la Joconde. Et pourtant, 600 ans après, le polyptyque des frères Van Eyck réserve encore des surprises.

En témoigne sa saisissante restauration en cours à Gand, dans le nord de la Belgique.

« On peut dire que c’est l’équivalent de la redécouverte de la Sixtine après la restauration du plafond de Michel-Ange », dit à l’AFP Marie Postec, conservatrice-restauratrice à l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA) de Bruxelles.

« L’oeuvre originale était cachée par des voiles de saleté, altérée, les couleurs étaient totalement faussées. Aujourd’hui, c’est la même chose qu’on retrouve ici, on a cette chance d’assister à la renaissance d’une oeuvre », explique la restauratrice lors de la présentation de la première phase du traitement de l’Agneau.

Depuis une semaine, les volets extérieurs du retable et leurs cadres sont de retour à la cathédrale Saint-Bavon de Gand, en Flandre-Orientale, après quatre années d’étude et de traitement par l’IRPA, qui avait déjà effectué la dernière grande restauration de cette oeuvre, en 1950-51.

Sur les huit panneaux restaurés – le polyptyque en comporte 24 au total -, on peut admirer l’Annonciation de la Vierge, deux Saint-Jean en « grisaille » (l’Evangéliste et le Baptiste, le patron de la cité gantoise), et les donateurs du tableau: Joos Vijdt, un riche marguillier, et son épouse Elisabeth Borluut.

L’Agneau mystique, qui symbolise le Christ, apparaît lui au centre des panneaux intérieurs du retable.

L’animal était aussi l’emblème des corporations de drapiers quand, au Moyen-Âge, Gand était la capitale du commerce du drap de laine en Europe. 

– ‘Rose lumineux’ –

A l’époque, le polyptyque, à l’interprétation complexe (on y décèle des références au texte de l’Apocalypse), restait fermé la plupart du temps. On ne l’ouvrait que pendant les grandes fêtes chrétiennes. Ouvert, il mesure alors 3,75 m x 5,20 m. 

Au cours de l’étude, l’équipe de dix restaurateurs a découvert que les peintures sur bois qui ornaient le revers des volets de l’Agneau étaient recouvertes de vernis anciens, qui avaient jauni, et d’une épaisse couche de surpeints datant au moins du XVIIe siècle, sinon du XVIe.

« Aujourd’hui, on ne couvre pas la matière originale. Mais autrefois, les restaurateurs étaient plutôt des peintres, en fait, et plutôt que de retoucher minutieusement, lacune par lacune, ils repeignaient la totalité d’une figure », décrypte Marie Postec.

Pour redécouvrir l’Agneau « authentique » des frères Van Eyck, commencé par Hubert et terminé par son cadet Jean douze ans plus tard, il a fallu enlever soigneusement les surpeints, centimètre par centrimètre.

« On n’avait pas d’espace derrière, on avait un fond noir uniforme… et là (en restaurant), on trouve un espace, on retrouve une matière lumineuse. On retrouve des plis aussi du XVe siècle qui avaient été simplifiés par les repeints, donc c’est une lecture totalement différente », détaille la restauratrice française.

« La robe, par exemple, de la donatrice était repeinte dans un rose sombre… Aujourd’hui, c’est un rose vraiment lumineux et clair », pointe-t-elle.

– Le panneau volé –

Commencée en octobre 2012, la renaissance de l’Agneau, financée à 80% par les autorités flamandes (à hauteur d’1,5 million d’euros), n’est pas pour autant achevée. La deuxième phase doit débuter dès cette semaine. 

« Il reste maintenant tout l’intérieur à restaurer et donc les panneaux du registre inférieur du retable ouvert sont maintenant au musée des Beaux-Arts (MSK) de Gand, où un atelier est aménagé pour la restauration depuis le début du projet », précise Marie Postec.

Ces panneaux intérieurs sont actuellement remplacés par des reproductions photographiques.

L’Agneau mystique entièrement restauré devrait retrouver la cathédrale Saint-Bavon en 2020, consacrée « année thématique Van Eyck ».

Entièrement restauré ? Pas tout à fait. Manque toujours le panneau des « Juges intègres », mystérieusement disparu une nuit d’avril 1934, jamais retrouvé et remplacé par une copie, l’une des plus fascinantes énigmes de l’Histoire de l’Art.

De fait, le chef d’oeuvre des Van Eyck, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, fut volé à maintes reprises au long des siècles. 

Sa résurrection s’accompagne d’une exposition intitulée « Restauration/Révélation – Les volets extérieurs de l’Agneau mystique », qui se tient jusqu’au 28 mai 2017 au musée Caermersklooster de Gand.

"L'Adoration de l'Agneau mystique", chef-d'oeuvre de la peinture primitive flamand, lors de sa présentation  après sa restauration le 12 octobre 2016  à la cathédrale Saint Bavo à Gand. © AFP

© AFP EMMANUEL DUNAND
« L’Adoration de l’Agneau mystique », chef-d’oeuvre de la peinture primitive flamand, lors de sa présentation après sa restauration le 12 octobre 2016 à la cathédrale Saint Bavo à Gand

5cf1449f864a48ff89e6924885e70f9562b721ca
Article précedent

Syrie: un couple et ses 3 enfants tués à Alep lors de raids nocturnes

4071c7162cad65371cc0fa13974e506e0cff95e3-2
Article suivant

Corticoïdes au Racing 92 : Dan Carter et les autres "lavés de tout soupçon"

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

A Gand,"L'Adoration de l'Agneau mystique" surprend encore