EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

A-t-on le luxe de faire ce qu’on « veut » ? – Edito 30/10/2020

Alors j’ai une question. Qui dans l’absolu a « envie » d’être reconfiné ? Mais personne en fait. Il n’y a pas âme qui vive qui ait « envie » d’être restreint dans ses libertés, de voir les commerces étouffer, l’économie s’effondrer, des familles entières en subir les frais. Mais on ne fait pas toujours ce qu’on veut. Parfois face à une situation qui nous échappe totalement on est bien obligé de faire ce qui ne nous plait pas. Surtout quand on n’est pas vraiment étranger à la cause. Et là lorsqu’il s’agit de sauver des vies en évitant le marasme d’un débordement des structures de santé face à un afflux exponentiel de cas de Covid-19, et bien on assume.

Qui a l’espace d’un instant pensé qu’Emmanuel Macron et Jean Castex avaient « envie » de reconfiner la France ? Que dire des autres pays où ils font exactement pareil ? Mettons de côté les complotistes qui s’imaginent que c’est pour mieux instaurer un état totalitaire. Mais vous m’excuserez, fonder un tel projet en vidant les caisses à coups d’aides, en créant de la dette à vau-l’eau, la pseudo stratégie diabolique justement, elle prend l’eau.

L’humanité fait face à une calamité qu’elle n’a pas d’autres moyens de combattre lorsqu’elle se retrouve dans un tel cas de figure où la pandémie est à ce point exponentielle. C’est tragique de le dire, mais il n’y a pas d’autres options quand on arrive à un tel degrés de contagion avec les connaissance que l’on a actuellement. Et on voudrait donc nous faire croire qu’alors que la Polynésie est pointée du doigt au plan national dans tous les grands médias en ce qui concerne l’explosion des cas de Covid à Tahiti et Moorea, qu’ici on aurait le luxe « de laisser du temps au temps » et d’être moins rigoureux qu’en Martinique qui s’en sort pourtant un peu mieux que nous ?

On a vraiment des champions du monde ici, qui par leurs déclarations non seulement voudraient laisser croire qu’ils sont en position de décider, mais en plus en y mettant des formes démagogiques tentent d’anticiper afin de préserver leur image auprès des électeurs. Le « sale boulot » c’est le Haut-Commissaire qui en réalité va devoir le faire et je vois déjà venir les futures postures de tous ces « leaders politiques charismatiques » que nous avons ici, qui en gros feront comprendre que ce n’est pas eux, c’est lui. Après tout ce fonctionnaire d’Etat lui, il a l’assurance d’avoir un job en 2023, pas comme eux …

C’est vraiment malaisant de mettre dans la balance un péril vital immédiat des populations, leur sécurité, avec la performance économique. J’ai tellement hâte de voir comment en Polynésie on est donc potentiellement plus intelligent que le reste du monde. Rendez-vous à midi pour être fixés.

Article précedent

La revue de presque de Nicolas Canteloup d'Europe 1 - L'intégrale du 30/10/2020

Article suivant

Le Cesec "réservé" sur la péréquation des tarifs de l'électricité

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

A-t-on le luxe de faire ce qu’on « veut » ? – Edito 30/10/2020