EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

A tous ces polynésiens laissés pour compte à travers le monde … – Edito 15/04/2020

C’est à se demander si on ne nage pas en plein délire. Qui a bien pu s’imaginer que faire un message vidéo compassionnel aux polynésiens bloqués en métropole était une bonne idée et pouvait suffire ? Et que dire des autres, ceux bloqués en Australie par exemple, oui il y en a ! Si encore la Polynésie était le seul territoire confronté à ce genre de problème on pourrait en effet nous faire croire qu’il est insurmontable, insoluble, mais il n’en est rien, rien du tout ! Il ne faut pas regarder bien loin pour en avoir le cœur net ! En Nouvelle-Calédonie hormis leur manifeste capacité d’organisation et d’anticipation qui a permis de s’approvisionner rapidement en équipements médicaux et tests, on est aussi doué de bon sens. On ne laisse pas sur le carreau ses ressortissants à des milliers de kilomètres de chez eux !

Faut-il chez nous encore des semaines de palabres et d’atermoiements stériles avant de se bouger ? Le 31 mars dernier nos cousins du Caillou prenaient la courageuse mais nécessaire décision d’aider plus de 1700 voyageurs calédoniens disséminés à travers le monde à rentrer chez eux. Ils sont examinés par un médecin avant d’embarquer puis sont soumis à un contrôle permanent à bord de l’avion. D’ailleurs ce dernier n’est pas rempli à plus de la moitié de sa capacité afin de respecter les distances de sécurité. Une fois arrivés, les individus présentant des symptômes sont amenés à ce qu’ils appellent là-bas le Médipôle tandis que les autres sont conduits en bus dans un hôtel réquisitionné pour l’occasion, et où sur place une nouvelle séparation est réalisée. Ceux qui s’y confinent strictement, c’est-à-dire sans aucune sortie pendant 14 jours, regagnent ensuite leur foyer.

Et si on nourrit la peur irrationnelle d’un soulèvement de notre population locale contre le retour au Pays de leurs concitoyens, dans ce cas l’organisation d’une  quarantaine là où ils sont déjà, en amont d’un rapatriement, en plus de l’autre quarantaine stricte à l’arrivée ne parait pas à ce point insurmontable à mettre en place !  Au moins ces polynésiens seront dans leur Pays et ça change totalement la donne tant au niveau matériel que psychologique. Leur premier confinement surveillé en métropole aurait déjà pu se faire si du temps n’avait pas été perdu. L’argent et le capital humain consacrés à leur attribuer des aides financières exceptionnelles d’urgence aurait été bien mieux employé si on avait juste copié ce que d’autres font.

Et qu’on ne vienne pas me dire que les « y’a qu’à » et les « il faut que » sont à la portée du premier imbécile venu convaincu qu’il ferait mieux que tout le monde. C’est trop simple de s’affranchir de son inconséquence et botter en touche en prenant un air supérieur, ou en utilisant les vieilles recettes de grenouilles de bénitier pour tenter de faire avaler la pilule en mettant la larme à l’œil.

Article précedent

Procédure de calcul du classement masculin

Article suivant

Coronavirus : pas de nouveau cas, 978 dépistages depuis la début de la crise

1 Commentaire

  1. Langy Philippe
    17 avril 2020 à 14h47 — Répondre

    Merci beaucoup pour l’édito sur les Polynésiens bloqués dans le reste du monde. Nous n’avons aucune nouvelle du Haut commissariat de la Polynésie. En revanche, la Nouvelle Calédonie est en effet un exemple à suivre.

Laisser un commentaire

PARTAGER

A tous ces polynésiens laissés pour compte à travers le monde … – Edito 15/04/2020