EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

A toute vitesse … vers le cimetière – Edito 23/08/2017

Je lisais cette définition de l’exosquelette sur internet : c’est un squelette externe, par opposition à l’endosquelette, ce que nous avons. C’est une caractéristique anatomique externe donc qui supporte et protège un animal. Beaucoup d’invertébrés, comme les insectes, les crustacés et les mollusques, possèdent un exosquelette. C’est comme si on avait nos os par-dessus notre chair et nos muscles tout en conservant une liberté de mouvements. Proportionnellement à leur taille et leur poids cela leur donne une résistance que nous les humains nous n’avons pas.

Vous entendez ? Nous n’avons pas d’exosquelettes. L’être humain est en fait une créature très fragile et c’est quelque chose qu’il faut absolument avoir en tête lorsque l’on prend le volant, d’une voiture ou d’un engin à deux roues. Il est insupportable de voir des jeunes perdre la vie car ils se sentaient les maîtres du monde sur la route à surproduire de l’adrénaline parce que la vitesse les grisait. Mais elle ne fait pas que ça la vitesse, elle abîme, mais aussi elle tue.

Des existences gâchées, des futurs qui deviennent tout à coup impossibles, puisqu’ils n’existeront pas, des familles à jamais brisées, des rêves partagés qu’il faudra oublier, si tant est que ce soit possible.  Tout ça pour quoi ? Parce que braver l’interdit donne l’illusion d’exister dans une meilleure version de soi-même, de sortir du lot. Mais j’ai bien dit l’illusion, car à quoi sert d’exister si on prend le risque que cette existence soit aussi brève. Ce n’est même pas une fin en apothéose, elle laissera un goût amer à tout le monde. Autant d’êtres brisés pour qui la vie n’aura plus jamais la même saveur et qui viendront même à se demander à quoi elle sert d’être vécue dans ces conditions. Leur existence deviendra une subsistance. Donc pour tenter de briller a-t-on le droit de se mettre en danger et potentiellement d’obscurcir la vie de ceux que nous aimons et qui nous aiment.

Jeunes ou moins jeunes, la prise de risque mesurée est un des éléments fondateurs de notre responsabilité, celle qui se définit par notre obligation morale de nous porter garant de nos actions en ce qu’elles ne peuvent ni nuire aux autres ou à nous-mêmes.  Celle qui fait de nous des humains, l’espèce supposément supérieure et en tout cas dominante de notre monde. Imaginez votre vie comme un arbre des possibles, une belle image que je dois à un roman de Bernard Werber qui m’avait passionné. Chaque branche représente un futur potentiel, et autant de bifurcations en fonction des choix que nous aurons fait. L’explorer est fascinant, notre but à tous et de monter à sa cime, à condition de ne pas scier son tronc à toute vitesse, sauf à vouloir transformer le bois en cercueil et y laisser pourrir notre simple squelette. Soyez prudents.

Article précedent

Cinq arrestations pour trafic d’Ice sur la côte Ouest

Article suivant

Le Royal Fakarava mise sur une ouverture en 2019

2 Commentaires

  1. Bravo pour cet édito. Et quelle recherche ! De l’exosquelette… aux « humains » ! hahaha Et compassion pour les INNOCENTES victimes dont parle Alexandre. [email protected]

  2. Miri RAPATOU
    24 août 2017 à 7h53 — Répondre

    Faire de la vitesse sur nos soi-disant *Routes*, est effectivement suicidaire. R.Ch

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

A toute vitesse … vers le cimetière – Edito 23/08/2017