EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Ados et prise de risque, un cocktail dangereux – Edito 22/11/2018

Bon alors les enfants, mettons-nous d’accord n’allez pas vous dire qu’il faut que vous fassiez une grosse bêtise pour faire la une de la presse. Si l’aventure de ce jeune ado qui a tenté la traversée Moorea Tahiti à la nage se finit bien, il était quand même à deux doigts d’y rester. Les réactions sur les réseaux sociaux sont globalement bienveillantes, on y relève surtout que cela aurait pu être bien pire et que les forces divines devaient être de la partie pour que le dénouement soit celui qu’il a été.

Mais bien entendu sans qu’il ne soit question de régler son compte à cet ado en l’affublant de tous les noms d’oiseaux en raison d’une candeur décevante dans ces proportions pour un jeune homme de 16 ans, il faut veiller à ne pas non plus sombrer dans les travers inverses.

On n’est pas un héros quand on se jette à l’eau de manière improvisée, en pleine nuit, pour entreprendre un périple de 17km de nage en plein océan, et ce, quelle qu’en soit la raison. Ceci dit reconnaissons que cette notoriété il ne l’a pas cherchée, c’est déjà ça. A n’en pas douter l’expérience qui a failli se révéler funeste, lui servira de bonne leçon.

Cette prise de risque est un phénomène particulièrement répandu chez les adolescents et elle s’illustre le plus souvent au vu et au su du plus grand nombre par le biais des faits divers qui relatent les accidents de la route. Mais il y en a d’autres : comportements sexuel, alcool, consommation de drogues, défis stupides qui mettent l’intégrité physique en péril, etc. C’est comme s’ils étaient dans le déni du danger.

Des expériences scientifiques ont été menées pour tenter de mieux comprendre. Il semblerait que l’état de développement du cerveau à cet âge conduise à ce que les circuits de détection des erreurs de prédiction soient tronqués. Combien de jeunes sont partis trop tôt ou se sont retrouvés handicapés à vie car ils étaient incapable de cerner la portée potentielle de leurs actes ?

La prévention est possible, ainsi des spécialistes s’accordent à dire qu’en travaillant le lien de confiance entre parents et enfants, en libérant la parole, en dialoguant il est possible d’aiguiller l’adolescent vers une compréhension des conséquences potentielles de tout ce qu’il est susceptible d’entreprendre. Il est évidemment question non seulement de l’aider à se protéger mais aussi à comprendre les souffrances qu’il pourrait causer à ceux qui l’aiment, qui lui surviraient, mais qui seraient brisés pour toujours.

Article précedent

Opunohu va fêter Matarii i ni’a

Article suivant

Plus de 2 000 pieds de paka saisis à la presqu’île

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Ados et prise de risque, un cocktail dangereux – Edito 22/11/2018