ACTUS LOCALESECONOMIETOURISMETRANSPORTS

ADT reste aux commandes des trois aéroports transférés par l’État au Pays

©CP/Radio1

Le transfert de l’État au Pays des trois aéroports de Raiatea, Rangiroa et Bora Bora prendra effet le 1er octobre. Trois conventions d’exploitation ont donc été signées ce mardi, cette fois entre le Pays et ADT, par Jean-Christophe Bouissou, ministre en charge des transports interinsulaires, et Jean-Michel Ratron, directeur d’Aéroport de Tahiti.

Aéroport de Tahiti est déjà l’exploitant des trois aéroports transférés au Pays. Mais peut-être plus pour longtemps. Mardi ont été signées des conventions transitoires de deux ans, dans l’attente de la préparation et de l’attribution de délégations de service public en bonne et due forme qui devraient, elles, courir sur 30 ans, une durée en phase avec l’amortissement des investissements dans ce type de structure.

« Une confiance qui nous honore, a déclaré Jean-Michel Ratron. On ne relâchera pas nos efforts, et on est très confiant sur l’avenir. »

Un appel d’offres pour des études sur les deux aéroports que le Pays veut ouvrir aux vols internationaux, Rangiroa et Nuku Hiva, arrive à terme le 28 septembre. Les études visent « à mieux cerner les investissements » qui seront nécessaires. Les études finales sont attendues pour mars 2021, pour ensuite mener à la remise « d’avant-projets détaillés » avec les dossiers de consultation des entreprises. Selon Jean-Christophe Bouissou, « des dotations importantes devront être faites par le Pays », et il faudra compter 5 ans pour la réalisation. Horizon 2027 donc, pour Rangiroa qui deviendra l’aéroport de dégagement capable d’accueillir de gros porteurs, et pour Nuku Hiva qui accueillerait des moyens courriers, notamment en provenance de Hawaii.

À transfert de compétence, transfert de budget

Mais dans un premier temps, la subvention du Pays pour couvrir les déficits éventuels d’exploitation et les investissements est assurée, entre autres, par le versement de la subvention de la DGAC (Direction générale de l’Aviation civile) au Pays, qui a fait l’objet d’un amendement au budget 2020, correspondant à 3 mois de cette année. Le budget annuel alloué par la DGAC est de 107,3 millions Fcfp.

La DGAC accompagne également le financement de deux opérations d’investissements concernant le resurfaçage des pistes de Raiatea et de Rangiroa à concurrence de 954,6 millions Fcfp. Le plan prévisionnel des investissements, pour les années 2021 et 2022, représente une enveloppe globale de 1,811 milliard Fcfp pour les trois aérodromes, comme l’a expliqué Georges Puchon, directeur de l’Aviation civile

Dans cette période de crise, Aéroport de Tahiti pourra-t-il présenter des comptes équilibrés pour ces trois aéroports ? Jean-Michel Ratron reste optimiste, grâce au tourisme local qui attire vers les îles des visiteurs qui, sinon, seraient partis à l’étranger.

 

Article précedent

Grève générale : pour Édouard Fritch les syndicats "risquent de faire échouer la pirogue polynésienne"

Article suivant

Plan de relance : le Pays se donne 5 ans pour rebondir

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

ADT reste aux commandes des trois aéroports transférés par l’État au Pays