INTERNATIONAL

Affaire Théo: 17 jeunes présentés à la justice après des violences

Bobigny (AFP) – Parmi les dix-sept jeunes, cinq majeurs sont jugés en comparution immédiate pour des faits « d’embuscade », un autre pour « attroupement avec arme et violences volontaires ». Onze mineurs devaient être présentés mercredi au juge des enfants pour des faits « d’embuscade ».

Si la nuit de mardi à mercredi a été « globalement » calme à Aulnay pour la première fois depuis samedi, des incidents ont eu lieu dans plusieurs communes de Seine-Saint-Denis. Dix-sept personnes ont été interpellées, dont cinq à Aulnay-sous-Bois, pour « violences, dégradation par l’incendie et menace de mort ». 

Une vingtaine de véhicules ont été brûlés selon la préfecture de police, mais il y a eu très peu d’affrontements et peu d’agressions de policiers.

A Tremblay-en-France, une dizaine de personnes, dont plusieurs enfants, ont été intoxiquées au monoxyde de carbone après le jet d’un cocktail Molotov dans un bâtiment. Le poste de police municipale a également été endommagé. Un chauffeur de bus a été légèrement blessé à l’occasion d’un jet d’objet incendiaire « dans les environs » de Clichy-sous-Bois.

Six personnes ont par ailleurs été interpellées mardi soir à Paris en marge d’une manifestation de soutien au jeune homme. Un nouveau rassemblement pour réclamer « Justice pour Théo » devait avoir lieu mercredi à 18H00. 

Cet épisode de violences a été déclenché par les événements du 2 février dans la cité des 3.000, qui ont provoqué l’indignation dans les quartiers populaires et la classe politique: Théo, un jeune homme de 22 ans, aurait été violé ce jour-là avec une matraque, lors d’une arrestation brutale par des policiers.

En réponse à ces incidents, le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux a annoncé à l’AFP qu’il allait « renforcer » les effectifs dans les quartiers et « doubler » les crédits dédiés aux « actions concourant au rapprochement police-population », en référence à un appel à projets mis en place en 2015 et qui sera doté de 1,5 millions d’euros, contre un million actuellement.

– « Racisme » –

Dimanche, un des policiers impliqués dans l’arrestation, âgé de 27 ans, a été mis en examen pour viol et ses trois collègues de 24, 28 et 35 ans pour violences volontaires en réunion. Les quatre hommes ont été suspendus.

Mardi, François Hollande s’est rendu au chevet du jeune homme à l’hôpital, d’où ce dernier a appelé les jeunes de son quartier à ne « pas faire la guerre » et à « rester unis ».

En référence aux violences qui s’étaient produites les trois nuits précédentes dans sa cité, où des policiers menacés ont procédé à des tirs de sommation à balles réelles, le jeune homme a dit vouloir retrouver sa ville « comme il l’avait laissée ».

Cet appel et la visite du chef de l’Etat ont eu un « impact » sur les habitants de la ville, a dit à l’AFP Nordine, 44 ans, qui vit aux 3.000. « Moi, j’en ai eu des frissons », a-t-il ajouté.

Le jeune homme qui portait un maillot de l’Inter Milan lors de la visite du chef de l’Etat a été invité mercredi par le club italien à venir voir un match dès que son état de santé lui permettrait.

Des associations antiracistes ont dénoncé des faits « graves » de violence policière à « caractère sexuel et raciste » dans un communiqué commun.

« Quand ils m’ont mis dans la voiture, ils m’ont mis plein de coups, (….), m’ont matraqué les parties intimes, m’ont craché dessus, traité de +négro+, +bamboula+, +salope+ », avait raconté le jeune homme.

« Depuis des années, la question des violences policières est posée », ont souligné notamment le Conseil représentatif des associations noires (Cran), la Ligue des droits de l’Homme (LDH), la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) et SOS Racisme.

A bientôt deux mois de la présidentielle, ces associations ont estimé que « ce quinquennat ne peut s’achever sans qu’on mette en œuvre un véritable plan contre ce fléau ».

Carcasse d'une voiture brûlée dans le quartier de la Rose des Vents, aussi appelé Cité des 3000 à Aulnay-sous-Bois le 7 février 2017. © AFP

© AFP GEOFFROY VAN DER HASSELT
Carcasse d’une voiture brûlée dans le quartier de la Rose des Vents, aussi appelé Cité des 3000 à Aulnay-sous-Bois le 7 février 2017

Article précedent

Brexit: les députés britanniques votent sur le déclenchement

Article suivant

Les soins maintenus pour Marwa, un bébé en coma artificiel

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Affaire Théo: 17 jeunes présentés à la justice après des violences