ACTUS LOCALESECONOMIE

Air Tahiti et le Pays frileux sur l’arrivée d’Islands

Alors que l’aviation civile examine la demande d’autorisation de licence de la compagnie aérienne domestique « Islands » de l’homme d’affaires Bill Ravel, le gouvernement et Air Tahiti craignent que l’arrivée de la concurrence ne bouleverse l’équilibre entre les lignes rentables et celles qui sont déficitaires.

Face à l’arrivée prochaine d’une concurrence directe à Air Tahiti, avec la compagnie aérienne « Islands » portée par l’homme d’affaires Bill Ravel, le directeur général de la compagnie locale, Manate Vivish affirme être « serein ». Il dit préférer attendre d’en savoir plus sur le projet pour prendre position, mais affirme pourtant que l’arrivée de ce concurrent va remettre en cause la gestion des destinations déficitaires au niveau du Pays.

Même son de cloche pour le ministre des Transports, Luc Faatau, qui affirme qu’il « se positionne sur le principe de la libre concurrence » et que le gouvernement « soutient la libéralisation du ciel ». Mais le ministre, lui-aussi, ajoute : « la concurrence ne veut pas dire non plus n’importe quoi ». Il insiste sur le fait que les mêmes règles doivent s’appliquer à tous. Pour Luc Faatau, la Polynésie compte plus d’une centaine d’îles avec une quarantaine de destination à couvrir. Il n’est donc pas envisageable, pour le ministre, que la nouvelle compagnie aérienne ne se positionne que sur les destinations lucratives, comme Bora-Bora, et laisse de côté celles qui le sont moins comme les Marquises.

Pour Luc Faatau, si le Pays doit subventionner les dessertes déficitaires la charge pèsera sur la collectivité.

Contacté, Bill Ravel indique que la compagnie Islands prévoit de desservir les îles Sous-le-vent, les Marquises, Rurutu et Tubuai aux Australes, Rangiroa aux Tuamotu, les îles Cook deux fois par semaines et les îles Samoa trois fois par semaines.

Article précedent

Un homme électrisé à la Punaruu

Article suivant

Va’a : Red Bull à 30 secondes devant Shell Va’a pour la 65ème Moloka’i Hoe

4 Commentaires

  1. Chaval
    10 octobre 2017 à 5h28 — Répondre

    Si l’usager de ces lignes en sort bénéficiaire c’est tant mieux, le monopole d’Air Tahiti doit être bousculé car les tarifs pratiqués sont simplement abusifs, c’est ça ou rien. Non, il faut absolument que cette nouvelle compagnie prenne vie, mais on s’imagine les bâtons dans les « ailes » qu’elle va recevoir pour ne pas s’implanter.

  2. Warning sign
    10 octobre 2017 à 5h36 — Répondre

    Gros bras de fer en perspective avec Bill Ravel soutenu par Loic Brigato d’En Marche Polynésie et le gvt Fritch qui est à l’UDI en dépit des promesses de campagne.

  3. Kriss
    10 octobre 2017 à 8h43 — Répondre

    Air tahiti va encore brandir la menace d’arrêter la desserte des îles pour laquelle elle touche une subvention (DSP) … Quant au gouvernement, il n’a rien à dire en ce qui concerne le choix des destinations pratiquées par une compagnie privée comme Island. C’est un peu comme si il imposait à carrefour de vendre certaines marques et pas d’autres !

  4. Roche
    11 octobre 2017 à 8h09 — Répondre

    Ils peuvent commencer par chercher un autre nom pour leur compagnie. Island Air est une compagnie qui existe depuis près de 40 ans à Hawaii. J’espère qu’ils n’ont pas déjà peint leurs avions 😉

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Air Tahiti et le Pays frileux sur l’arrivée d’Islands