ACTUS LOCALESECONOMIE

Albert Moux se lance dans le gaz

Le patron de Pacific Petroleum, Vodafone et Fenua communication, Albert Moux, veut désormais se lancer dans l’approvisionnement et la distribution du gaz en Polynésie. Des études pour une activité d’exploitation et de stockage de gaz sont en cours à Nive’e.

Après le pétrole, la téléphonie et les médias, Albert Moux s’intéresse au marché du gaz en Polynésie. Le 25 février dernier, l’entrepreneur de 71 ans a créé l’EURL « Pacific Gaz ». Une société à responsabilité limitée avec pour objet principal de « créer, exploiter, et développer des entrepôts, des dépôts, et de mettre en place des établissements et des moyens nécessaires au stockage, à la manipulation, au conditionnement et à la vente du gaz, produits dérivés du gaz et autres combustibles minéraux ». Pour se faire, le gouvernement a autorisé Albert Moux à occuper temporairement, à titre gratuit pendant 18 mois, deux parcelles situées à Papenoo, à Nive’e plus précisément, sur une superficie de plus de 9 000 mètres carré. Une occupation temporaire qui devrait être exclusivement destinée, pour l’heure, à la réalisation d’études préalables à une activité d’exploitation et de stockage de gaz.

Déjà deux tentatives pour Albert Moux

Contacté par Radio 1, Albert Moux confirme sa volonté de se lancer dans ce nouveau secteur. Et s’il affirme qu’il ne souhaite pas trop en dire pour le moment, il explique tout de même qu’il compte vendre des bonbonnes de 13 à 50 kg. Les mêmes que la société Gaz de Tahiti. L’homme d’affaires explique également qu’il avait déjà ce projet en tête il y a « cinq à six ans ». Mais à l’époque, l’installation de la société à Hitiaa a o te Ra n’avait pas pu se faire pour « des raisons de sécurité ». Albert Moux murissait d’ailleurs ce projet depuis bien plus longtemps. « Cette idée n’est pas nouvelle, (…) il en parlait déjà il y a une vingtaine d’années », explique un professionnel de la place. Albert Moux était à l’époque actionnaire de la société Polygaz avec la famille Siu. Mais les actionnaires ont fini par « divorcer à l’amiable », poursuit notre source.

Sans les Russes…

Faut-il voir dans ce projet un lien de cause à effet avec le passage des investisseurs russes ces derniers mois en Polynésie ? « Je laisse les Russes à Dominique Auroy ! », balaye Albert Moux avec l’air amusé. En effet, le propriétaire de Pacific Petroleum n’est pas le seul à s’intéresser au gaz en Polynésie. Selon nos informations, le patron de la Sedep et de La Dépêche, Dominique Auroy, a récemment contacté la famille Siu (Gaz de Tahiti, NDLR) pour lui proposer de travailler avec les fameux investisseurs russes qui ont visité la Polynésie en avril dernier. Une offre déclinée par les patrons de Gaz de Tahiti… Interrogé de son côté sur l’arrivée d’Albert Moux sur le secteur du gaz, le P-dg de Gaz de Tahiti, Georges Siu, garde le sourire : « Le soleil brille pour tout le monde (…) c’est son droit ».

© Radio 1
Article précedent

L’ex-directeur de TNAD placé en garde à vue

84c63f9111587cce6474cd77eadca01a9aa4ad6f
Article suivant

Orages: 80.000 foyers privés d'électricité dans le Sud-Ouest

3 Commentaires

  1. Antonin
    14 septembre 2016 à 9h48 — Répondre

    Bien sûr que le soleil brille pour tout le monde! Et puis, les consommateurs peuvent en attendre une baisse du prix du gaz qui a flambé ces dernières années, malgré la chute des cours mondiaux du pétrole.

  2. simone grand
    14 septembre 2016 à 11h25 — Répondre

    courage

  3. Teriivaea
    15 septembre 2016 à 6h33 — Répondre

    Parfois, le gouvernement facilite et stimule la concurrence (ici en octroyant a Albert Moux le droit d’occuper gracieusement 2 parcelles du domaine public), d’autre fois il l’a restreint, en faisant en sorte que le meme Moux reste de fait le fournisseur exclusif du fioul MDO brûlé par EDT au titre d’un marché validé par le gouvernement….une politique de promotion de la concurrence à géométrie très variable donc….la délégation du service de distribution d’énergie électrique du SECSUD, où EDT ENGIE est candidat à sa propre succession et où CEGELEC a déjà jeté l’éponge est egalement instructive à suivre dans la mesure où c’est encore le gouvernement qui fixe le prix de l’énergie electrique qu’un courageux, sinon téméraire, éventuel compétiteur d’EDT devra payer au monopoleur pour pouvoir la distribuer sur la concession SECOSUD…

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Albert Moux se lance dans le gaz