INTERNATIONAL

Alstom: les salariés de Belfort dans l'attente de réponses sur leur avenir

Paris (AFP) – C’est une semaine probablement décisive pour le site Alstom de Belfort, menacé de quasi-fermeture: le PDG doit venir s’expliquer lundi après-midi devant les représentants des salariés qui, dans l’attente des « réponses » du gouvernement, ont appelé tous les salariés à faire grève mardi.

Un comité central d’entreprise (CCE) extraordinaire consacré à la stratégie d’Alstom et à l’usine historique du constructeur ferroviaire, où 400 emplois sur 480 sont menacés, est prévu à partir de 14h30 au siège du groupe à Saint-Ouen, près de Paris, en présence du PDG Henri Poupart-Lafarge.

Il s’agit du premier face-à-face entre le PDG et les représentants du personnel depuis que le groupe a annoncé, il y a bientôt trois semaines, son intention d’arrêter la production de trains à Belfort d’ici à deux ans, faute de commandes.

« Il est vital qu’il daigne nous expliquer sa stratégie », estime Christian Garnier, représentant CGT, selon lequel « le carnet de commandes n’est pas vide », le problème est qu' »ils le donnent à d’autres ».

Alstom veut transférer l’activité à Reichshoffen, une commune alsacienne située à 200 km. Seule l’activité de maintenance serait conservée dans la cité franc-comtoise.

« La seule décision qu’on attend, c’est l’annonce que le site de Belfort ne fermera pas », a déclaré Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT en demandant que les salariés d’Alstom ne soient « pas sacrifiés sur l’autel de la finance ».

A sept mois de l’élection présidentielle, l’avenir du site de Belfort est devenu un enjeu politique national, d’autant que l’État possède 20% du capital d’Alstom. François Hollande a fait de son maintien un « objectif », soucieux d’éviter une déflagration similaire à la fermeture des hauts-fourneaux de Florange, en Lorraine, en début de quinquennat.

Après avoir dénoncé l’annonce « brutale » d’Alstom, le gouvernement a promis des « réponses » d’ici à « la fin du mois » pour sauver l’usine, d’où est sorti le premier TGV en 1971 et dont dépendent près de 900 emplois indirects.

– « Des actes » –

Mardi, les « Alsthommes » se feront entendre. Les 9.000 salariés du groupe en France sont appelés à la grève par l’intersyndicale (CFE-CGC, CGT, CFDT, FO) qui organise une manifestation à 11h00 devant le siège. Symboliquement, ils ont choisi d’affréter un TGV pour venir de Belfort et d’Ornans (Doubs). Entre « 1.000 et 1.500 personnes » sont attendues, d’après un des organisateurs. 

Le même jour, M. Poupart-Lafarge sera auditionné à l’Assemblée nationale par la commission des Affaires économiques.

Pour faire revenir Alstom sur sa décision, le gouvernement cherche les moyens d’apporter « des commandes » au groupe, qui globalement est en très bonne santé, rappellent les syndicats. 

En coulisses, l’exécutif a ainsi mis la pression sur la SNCF, priée de conclure au plus vite une négociation avec Alstom pour l’achat de six TGV destinés à la ligne Paris-Turin-Milan.

M. Martinez a fustigé lundi un « jeu de poker menteur » entre « le gouvernement, la direction d’Alstom et les dirigeants des entreprises publiques SNCF et RATP ». 

Les syndicats s’attendent à être de nouveau reçus en fin de semaine par le secrétaire d’État à l’industrie, Christophe Sirugue, qui leur a promis « des actes », rappelle Thierry Muller, représentant CFDT.

Mais aucune date n’est inscrite dans l’agenda de M. Sirugue diffusé lundi.

Samedi, des milliers de personnes (3.500 selon la police, 5.000 selon la mairie) ont défilé à Belfort où la quasi-totalité des commerçants avaient fermé boutique en signe de solidarité avec les « Alsthommes ». « Si l’Alstom ferme, on est tous foutus », pouvait-on entendre.

« Nous demandons au PDG (du groupe industriel) et au gouvernement de donner les commandes nécessaires à la survie du site », a réclamé le maire (LR) Damien Meslot. « Nous ne sommes pas décidés à courber l’échine ».

« S’il faut des actions dures, on n’hésitera pas », y compris « bloquer » l’ensemble du site partagé avec General Electric, a prévenu lundi Pascal Novelin, délégué CGT de l’usine.

Des salariés d'Alstom le 13 septembre 2016 lors d'une assemblée générale contre la fermeture du site à Belfort. © AFP

© AFP SEBASTIEN BOZON
Des salariés d’Alstom le 13 septembre 2016 lors d’une assemblée générale contre la fermeture du site à Belfort

b5b0349e1635d6ea20f3f9bbc04b1abda72d9341
Article précedent

PSG: l'après Blanc vire au noir

d384538489a5c4547c788257de393c52834c8ce7-1
Article suivant

Altercation avec la police: 2 mois ferme pour Serge Aurier

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Alstom: les salariés de Belfort dans l'attente de réponses sur leur avenir