ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Anne Bolliet : « Il y a encore des choses à faire »

Anne Bolliet © Antoine Samoyeau

Anne Bolliet © Antoine Samoyeau

Inspectrice générale des finances « honoraires » aujourd’hui atteinte par la limite d’âge, Anne Bolliet était en vacances en Polynésie ces derniers jours. Co-auteur du rapport de la mission d’assistance à la Polynésie française en 2010 et du rapport de l’Igas en 2014, elle a accepté d’accorder une interview exclusive à Radio 1 pour revenir sur ses différentes recommandations pour la Polynésie, leurs mises en œuvre et les lacunes qui subsistent encore aujourd’hui dans la collectivité.

Anne Bolliet précise dès l’entame que les rapports, tels que celui de la « mission d’assistance à la Polynésie française » en 2010, ne sont jamais faits pour être mis en œuvre « au pied de la lettre » mais qu’ils doivent donner un « éclairage sur des perspectives d’avenir ».


L’ex-inspectrice générale des finances revient sur les recommandations de son rapport de 2010. Elle estime que le thème de la « transparence et la sincérité des comptes » a très bien évolué, tout comme les réformes menées dans les différents satellites du Pays.


« Il y a encore énormément de choses à faire », précise néanmoins Anne Bolliet qui pose la question du choix du modèle économique futur pour la Polynésie. Elle estime que les impôts sont « sans doute assez élevés » notamment « sur les salariés » et pose la question du financement de l’économie locale.


Sur le sujet du « financement des services publics », Anne Bolliet prend notamment l’exemple des « transports en commun » et évoque une des recommandations faite en 2010 par la mission d’assistance avec la « vignette automobile ».


Elle regrette également que la réforme du statut des fonctionnaires d’État détachés en Polynésie n’ait pas été menée à son terme. En 2010, elle avait proposé que ces fonctionnaires d’État détachés soient intégrés dans la fonction publique territoriale au bout de quatre ans, comme en Nouvelle-Calédonie.

Enfin, Anne Bolliet regrette de ne pas avoir pu traiter des communes et surtout de l’éducation dans ses différents rapports sur la Polynésie. Sur ce dernier sujet, elle indique que les dernières statistiques placent la Polynésie en « dernière position » des résultats du brevet des collèges. Elle estime pourtant que l’éducation est un « enjeu majeur » pour l’avenir de notre collectivité.

La deuxième partie de notre interview sera consacrée demain aux recommandations du rapport de l’Igas en 2014.

Article précedent

Charles Fong Loi au Tapura : "C’est un peu tôt..."

Article suivant

A vous la parole - Replay - Réforme retraites et PSG - 24/08/2015

1 Commentaire

  1. Didier
    25 août 2015 à 5h25 — Répondre

    Après avoir pondu un rapport d’une vision uniquement compta

Laisser un commentaire

PARTAGER

Anne Bolliet : « Il y a encore des choses à faire »