EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Année du cochon : ces horoscopes qui agacent, ou pas – Edito 05/02/2019

Bienvenue dans l’année du Cochon de Terre ! Depuis hier on entend ça et là les prédictions et il y a une mise en garde du Gardien du temple Kanti faite sur notre antenne qui m’a donnée froid dans le dos : il va y avoir de plus en plus d’insectes. Ah. Dans l’absolu je trouve ça super fort de parvenir à lire ça dans les oracles c’est juste ballot que ce ne soit pas un poil plus précis encore. Sont-ce des moustiques, des araignées, ou d’adorables coccinelles ?

Les journaux y vont aussi de leurs pages spéciales horoscope chinois de l’année. C’est inquiétant parce que j’ai feuilleté aussi ce qui se dit à l’extérieur de nos frontières et d’un média à l’autre je ne vais manifestement pas vivre cette année du cochon de la même manière. Alors qui croire ? Notre réflexe serait bien entendu d’évacuer les prédictions qui nous plaisent le moins, bah tant qu’à faire …

J’entends régulièrement des critiques sur l’existence même des horoscopes y compris sur notre radio. Mais personne n’a jamais dit qu’il s’agissait de la délivrance d’une vérité absolue. C’est à prendre comme une sorte de divertissement car bien entendu que mis face à la science pure et dure l’astrologie n’a pas de réel fondement. Les appellations que l’on a décidé de donner aux constellations en reliant arbitrairement plusieurs points ne correspondent en réalité à rien.

Je lisais par exemple dernièrement que le psychiatre Gérard Milller avait déclaré que l’astrologie était la béquille psychologique de la France. Ainsi selon Daniel Kunth directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique et astronome à l’Institut d’astrophysique de Paris : les gens ont besoin de croire. Or la science répond « comment » aux questions que les gens se posent, mais elle n’aborde pas le « pourquoi ». L’astrologie, en mélangeant rationalité et religion astrale, est une réponse séduisante. Et chacun va y piocher ce qu’il veut entendre.

Et la vérité c’est qu’on s’en accommode très bien. Ce qui est bien moins anodin et dont il faut davantage se méfier ce sont toutes ces prédictions qui nous conditionnent et finalement nous enferment dans un carcan qui sont délivrées par des personnes payées parfois très chèrement. En conservant en toute occasion notre libre arbitre, en apprenant à relativiser les propos de ceux qui croient connaître notre futur à notre place, en croyant en nous plutôt que de nourrir des peurs irrationnelles, et surtout en sachant sourire au bon moment, cette année du Cochon et les suivantes, on les survolera le cœur léger. Kung Hei Fat Choi !

Article précedent

La réforme de la plongée modifiée à la marge

Article suivant

Les habitants de Tema’e demandent toujours l’accès par le golf

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Année du cochon : ces horoscopes qui agacent, ou pas – Edito 05/02/2019