ACTUS LOCALESJUSTICE

Anuanuraro : 18 mois de sursis et 5 ans d’inéligibilité requis contre Flosse

©Cédric Valax

©Cédric Valax

Le procès en appel de l’affaire Anuanuraro n’aura finalement duré qu’une journée. Mercredi, dans ses réquisitions, l’avocate générale a demandé une peine de 18 mois de prison avec sursis et 5 ans d’inéligibilité à l’encontre de l’ancien président du Pays Gaston Flosse et 1 an de prison avec sursis et une amende « conséquente » à l’encontre du perliculteur Robert Wan. Le délibéré sera rendu le 20 octobre.

Le procès en appel de l’affaire Anuanuraro, nom de l’atoll acquis par Robert Wan pour 35 millions Fcfp et acheté 20 ans plus tard par le gouvernement Flosse pour 835 millions Fcfp, s’est ouvert mercredi à Papeete. Lors de ses réquisitions, l’avocate générale Brigitte Angibaud, a affirmé que « les deux hommes hors du commun ont régné en maîtres (…) ils sont devenus amis, se rendant des services réciproques (…) le dossier ne peut bien se juger que si le juge va au-delà de l’apparence qu’on veut bien lui servir ». L’avocate générale n’a pas mâché ses mots « tout ceux qui interviendront » dans le dossier de Anuanuraro « ne seront que des pantins » car il faut « sauver le soldat Wan». Elle considère que « le Pays n’aurait jamais dû acheter cet atoll, c’est cela le détournement de fonds public, ils ont tous été des figurants car choisis par le roi, ils ne vivaient et survivaient que par lui, et grâce à lui ». Le ministère public considère que Gaston Flosse est « l’auteur intellectuel de cette mascarade ». Elle demande à la cour d’ « infirmer la décision du tribunal correctionnel, de requalifier les faits et de déclarer Gaston Flosse coupable de détournement de fonds publics et Robert Wan de recel ». L’avocate générale a donc requis 18 mois de sursis et 5 ans d’inéligibilité à l’encontre de l’ancien président Gaston Flosse et 1 an de sursis et une amende conséquente à l’encontre de Robert Wan. Pas de prison ferme pour Gaston Flosse car « les vieillards n’ont pas leur place en maison d’arrêt » a lâché l’avocate générale. Il faut « sanctionner par où on a pêché pour qu’on ne pêche plus. Il a triché et mérite d’être écarté du jeu pendant un délai significatif » c’est ce qui a motivé la demande d’une peine d’inéligibilité.

Les avocats demandent la relaxe pour leur client  

Pour Maître François Quinquis, la requalification des faits de complicité en auteur principal, demandée par le parquet général, est « irrecevable ». Il considère que c’est « une notion de droit qui est manifestement inapplicable en l’espèce, c’est quelque part tordre le cou à la loi ». Maître Quinquis a affirmé que le « tribunal correctionnel l’a dit, il ne peut pas y avoir de détournement de biens (…) puisque le bien a été acquis et constitue une partie de la réserve foncière du Pays je en vois pas comment aujourd’hui la cour pourrait venir dire le contraire ».

De son côté Maître François Hascoet ne croit pas non plus à la requalification demandée par l’avocate générale. Pour lui ce procès est « politique ».

Le délibéré sera rendu le 20 octobre prochain.

 

 

Article précedent

Peines confirmées dans l’affaire de la Sétil

Article suivant

Afghanistan: de jeunes esclaves sexuels utilisés par les talibans contre la police

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Anuanuraro : 18 mois de sursis et 5 ans d’inéligibilité requis contre Flosse