TAHITI VA'A 2017

Aotearoa des adversaires de taille !

En 2016, la nouvelle-Zélande était en tête du classement des Championnats du Monde de Vitesse avec 30 médailles d’or, laissant Tahiti en deuxième position avec 24 médailles. Face à ces adversaires de taille Tahiti devra cette année se dépasser. Rencontre avec Tipene James 18 ans (Junior 19 men), Marama Elkington 19 ans de la délégation néo-zélandaise et Pater Cowan (Para va’a V6)

Depuis quand pratiquez-vous le va’a ?

ME : Il y a 3 ans seulement.

TJ : J’ai commencé quand j’avais 14 ans avec mes parents. Après cela, un camarade de l’école m’a demandé de rejoindre son club à Rotorua et c’est à ce moment que je suis tombé amoureux du sport.

Pourquoi ce sport ? 

ME : Pour la vitesse pendant les courses, et parce que ma famille pratique ce sport. J’ai essayé et ça m’a plu.

TJ: Pour beaucoup de raisons, j’adore l’eau, c’est calme, cela me permet de rester en forme. Mais c’est aussi grâce à toutes les personnes étonnantes que j’ai rencontrées dans ce milieu et qui m’ont appris beaucoup. J’ai été élevé dans la culture maori, le Va’a est un sport traditionnel et c’était une autre raison pour laquelle je l’ai choisi, “toku whakapapa” (c’est mon héritage)

Comment vous préparez-vous ? 

ME : On économise de l’argent. On s’entraîne beaucoup avec l’équipe. Et on fait attention bien manger.

TJ : J’ai intensifié mon entraînement. En plus des entraînements sur l’eau, je fais beaucoup plus de distance pendant mes courses à pied et je contrôle mon alimentation, mes apports nutritionnels. Il a été difficile d’équilibrer le sport et les études, j’ai dû travailler plus et mieux gérer mon temps.

Dans quel état d’esprit êtes-vous à l’approche de l’événement ?

ME : Je suis vraiment ravie de revenir à Tahiti où il fait chaud et pas froid, et de voir à nouveau ma famille tahitienne. Mais aussi juste pour être là-bas ramant sur l’eau, ressentir le surf et être entourée par des centaines de rameurs. C’est un environnement très encourageant. Remporter une compétition là-bas vaut mieux que n’importe où ailleurs. Je suis donc impatiente de me confronter aux équipes du monde entier.

TJ: Je suis ravi d’aller à Tahiti, c’est l’endroit idéal pour ramer. Toute notre équipe a beaucoup travaillé, je suis impatient de mettre tout ça en action. Je suis toujours animé par la possibilité de représenter mon pays, et je sais que je prends mon “whanau” ( famille) , mon “hapu” (clan) et mon “iwi” (peuple)  avec moi sur ce voyage. “E motu honoa, purutia Aotearoa” (chacun d’entre nous a de la force, lier et tisser ensemble, pour représenter Aotearoa)

Peter Cowan est un jeune athlète unijambiste suite à un accident de voiture. Quelques années après son accident, il reprend la rame. Cette année, il participera aux 1ers Championnats du Monde de Va’a Marathon dans la catégorie V6 Para Va’a.

PETER COWAN 21 years old – New Zealand Para Va’a Team

Kia ora Je suis Peter Cowan (Ngāti Kahungunu). J’ai 21 ans. J’ai beaucoup d’intérêts et d’engagements dans le sport, l’église, mon whānau et la communauté.

En 2010, lors d’un entraînement sur de cyclisme, j’ai heurté un véhicule, les blessures ont été nombreuses et une de mes jambes a été amputée au-dessus du genou. J’avais 15 ans au moment de mon accident.

Il y a 3 ans, j’ai repris la rame en compétition en tant que W1 et W6. Je dure et je suis le maître kapa haka de ma vieille école «Hastings Boys High School».

Je tiens à remercier Heretaunga Ararau O Ngāti Kahungunu Waka Ama Roopu et mon whanau. À Tahiti, je participerai à la course en tant que rameur para va’a en V6.

 

 

 

 

Article précedent

Aménagements Aorai Tini Hau

Article suivant

Citoyenneté active : 250 bénévoles recrutés

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Aotearoa des adversaires de taille !