EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Après les Fake News, l’impact des Old News – Edito 25/06/2019

J’en vois sur les réseaux sociaux qui ne s’épargnent aucune émotion. Ils pourraient tranquillement surfer sur des sites marchands pour faire du shopping en calculant au franc près par quelle incroyable pirouette ils pourraient éviter les taxes douanières à l’arrivée en respectant la franchise postale de 20 000Fcp ; ou encore se faire du bien en découvrant des destinations de rêve pour un potentiel futur voyage que l’on pourrait se permettre à condition d’accoupler un feti’i avec quelqu’un qui bosse pour une compagnie aérienne, mais non, on préfère se faire du mal.

Alors on tombe sur un article qu’on a déterré d’on ne sait où, on se fait un coup de sang, on le partage et on le commente en pensant qu’on est parmi les premiers à s’insurger contre le scoop. Oui, sauf que le scoop en question, c’est une info qui a déjà 4 ans ou plus, on était complètement passé à côté à l’époque, et on n’a pas regardé sa date de publication avant de le partager. Du coup qu’est ce que cela implique ? Si c’est ça on passe un peu pour un blaireau.

Ce qui rend la chose encore plus malaisante c’est de constater à quel point la personne à l’origine de ce partage anachronique semble s’être auto ruinée sa journée en se retournant les viscères avec une colère noire digne des plus grands pourfendeurs de la morale publique contre les gouvernants sans foi ni loi. Un exemple m’a amusé ces derniers jours. J’ai vu quelqu’un partager un article qui parlait des négociations menées par nos autorités locales en Chine au siège de la compagnie Hainan Airlines pour que des lignes aériennes régulières entre nos deux pays soient mises en place. Avec le récent contexte anti pêcheurs chinois mené à son paroxysme par une vague de cyber paranoïa elle-même orchestrée par des manipulateurs aux motivations troubles, il n’en fallait pas beaucoup plus. Le péril jaune subit sur les mers ne pouvait pas en plus nous arriver aussi par les airs, s’en était trop.

Cependant au moins deux choses auraient pu éviter de s’automutiler en déterrant les vieux dossiers : en regardant la photo d’illustration nos politiques faisaient facilement 15 kilos de moins ; et si on avait suivi l’actu on aurait réalisé que le patron de la firme chinoise HNA lui aussi présent sur la photo n’est pas revenu d’entre les morts, il est bel et bien décédé en France d’une mauvaise chute en tombant d’un parapet où il était monté … justement pour se faire photographier. C’était en 2018.

Bref, on connaissait le péril sur la manipulation des masses que pouvait représenter les fameuses « fake » news, il faudra prendre en compte dorénavant celui qu’incarnent les « old » news. A se demander si le plus simple ne serait pas finalement de faire passer un permis de naviguer sur le web avant d’être lâché sur le net. Trop de liberté semble induire qu’on est libres d’être encore plus benêts et d’inspirer les autres. Ah oui car il fallait lire les commentaires d’autres internautes outrés par cette info de toute première fraicheur …

Article précedent

Suppression des congés administratifs pour les fonctionnaires de l’APF aussi

Article suivant

La tuberculose tue encore en Polynésie

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Après les Fake News, l’impact des Old News – Edito 25/06/2019