EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Après les Fakenews, gare aux Deepfakes – Edito 08/02/2018

L’explosion du numérique et de tous les services qui en découlent ont évidemment suscité des appétits de la part des faussaires et autres escrocs en tous genres. On parle régulièrement de ces sites de fakenews qui abreuvent les réseaux sociaux en fausses nouvelles et qui ont même le potentiel d’influencer la conscience collective. Des arnaques en tout genre ont pullulé, remix d’anciennes combines qui avec la facilité que procurent les voies électroniques se sont mis à jour. L’objectif restant de toute façon immuable : profiter de la crédulité d’autrui pour lui soutirer de l’argent.

Les outils liés à l’avènement de cette nouvelle ère technologique permettent des falsifications de plus en plus perfectionnées. Certaines dont je ne me doutais même pas, grand naïf que je suis sans doute encore. Aussi lorsque depuis 48 heures j’ai vu que quasiment tous les médias de la planète avaient relayé l’info, j’ai fini par faire mon curieux pour savoir de quoi il était question : le géant du porno en ligne, PornHub, annonçait partir à la chasse aux « deepfakes ». Avouez que c’était intrigant, s’agissait-il enfin par exemple de révéler au grand jour que des acteurs trichaient sur des éléments de leur plastique ? Qu’en fait leur turgescence spectaculaire, qui en fait complexer plus d’un, serait frauduleuse ? Non, ah tant pis. Ce n’est pas ça. En fait les « deepfakes » sont des films modifiés grâce à des procédés sophistiqués qui remplacent les visages d’inconnus en pleine action par ceux de personnalités qui n’ont rien à voir avec l’univers de l’industrie des loisirs pour adultes. Avouez que ça fait tâche d’avoir une sextape qui circule alors qu’en vrai, non, non, vous n’êtes pas du tout branché cuir et accessoires. Plaisanterie mise à part c’est vrai que ça va un peu loin.

C’est ainsi que je comprends les personnalités publiques qui veulent tuer dans l’œuf toutes les tentatives pour que leur identité ou leur image ne soit usurpée, détournée. On apprenait ainsi hier que notre sénatrice Madame Tetuanui, victime de faux comptes Facebook, avait été obligée de mettre en garde les internautes. Moi je dis bravo, elle a très bien fait de réagir avant que ça n’aille trop loin, nous épargnant ainsi potentiellement de tomber un jour sur une vidéo sobrement intitulée « Le Donjon de Lana ».

Après, il y a encore autre chose. C’est lorsque dans vos « amis », vous comptez des personnalités, dont vous êtes certain de la légitimité du profil en ligne, malheureusement, parce que vous en arrivez à regretter que ce ne soit pas un fake. Un jour, comme ça m’est arrivé tout récemment vous vous rendez compte que son empreinte numérique se réduit à ruminer une gloire et une puissance passée en devenant un vieil aigri qui sur sa page devient un relais des fakenews d’intolérance, de xénophobie, et j’en passe et des meilleures. Donc s’il est important d’être en effet vigilant quant à vos futurs ajouts de contacts, un ménage par le vide de ceux avec qui vous êtes déjà connectés peut s’avérer être une vigilante expression du bon sens.

Article précedent

Répondeur de 7h30, le 08/02/2018

Article suivant

A vous la parole, replay - Mimifé - 08/02/2018

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Après les Fakenews, gare aux Deepfakes – Edito 08/02/2018