ACTUS LOCALESECONOMIESOCIÉTÉTOURISMETRANSPORTS

Arrivée des premiers touristes américains : « C’est bien normal de vouloir protéger son île »

Après presque trois mois sans rotations, un premier vol en provenance de Los Angeles a atterri ce matin à Tahiti – Faa’a. Parmi les 150 passagers, beaucoup de touristes, pas mécontents de pouvoir enfin voyager. Pour la plupart vaccinés, ils ont tout de même dû subir un test de dépistage à leur arrivée. Du côté d’ATN, cette reprise est surtout un premier pas : la réouverture de l’Europe est attendue avec impatience.

150 voyageurs et un dispositif sanitaire important ce matin à Faa’a. Arrivé à 4h50, le vol ATN 111 en provenance de Los Angeles est le premier, depuis le rétablissement des motifs impérieux le 8 février dernier, à accueillir à son bord des touristes et voyageurs d’affaires. En plus des ukulélés, c’est un dispositif sanitaire inédit qui a été mis en place par l’État et le Pays pour les accueillir. Comme le rappelle Frédéric Sautron, représentant du Haussariat, il s’agissait de vérifier les documents envoyés avant embarquement par chaque passager. Tous ont ensuite dû passer un test de dépistage dans le terminal et seuls ceux qui étaient négatifs et qui pouvaient justifier d’une vaccination ou d’une immunisation ont pu sortir librement. Pour les autres, une petite minorité en l’occurrence, direction la quarantaine à domicile ou en site dédié.

Malgré le temps passé dans le terminal – au moins 45 minutes pour la procédure de test et de vérification des documents – la plupart des touristes arrivés ce matin gardaient le sourire à leur sortie. « Ça été relativement vite, et les gens étaient accueillants », explique Dani, qui part en vacance de couple à Bora Bora, pas choqué par la lourdeur de la procédure. « Cela me parait normal », complète une passagère d’une cinquantaine d’années. « Je m’attendais à quelque chose de plus difficile, explique cette habituée de Moorea qui attendait depuis « un an et deux mois » de pouvoir revenir. Tout le monde doit faire attention au Covid, et c’est une petite île, et il faut la protéger. Je comprends parfaitement ». 

À bord, bien sûr ce sont les touristes américains qui sont les plus attendus. Mais on trouvait aussi, ce lundi matin, quelques professionnels invités par des sociétés locales, et des résidents qui étaient bloqués aux États-Unis. Comme cette passagère, native de Tahiti et qui attendait depuis 90 jours de pouvoir rentrer au pays. « Il y a beaucoup de contrôles, je suppose que c’est bien. Mais il y a beaucoup de papiers, ça a été la croix et la bannière pour les remplir, s’agace-t-elle. On a fait un test au départ et à nouveau un test à l’arrivée et encore un autre dans quatre jours… C’est trop, on est vaccinés ! » Pour elle comme pour d’autres passagers, ce protocole très rigoureux ne durera qu’un temps : « Je pense que ça va s’alléger dans le futur, j’espère ».

Michel Monvoisin  : « La demande est là »

Il y a une dizaine de jours, 290 passagers avaient un siège sur le vol, qui affichait alors quasi-complet. Hier, à Los Angeles, seuls 150 ont embarqué. Pourquoi ce « dégonflement » ? « Il y en a beaucoup qui n’ont pas pu remplir à temps les formulaires demandés », pointe Michel Monvoisin, présent ce matin pour cette reprise très attendue. Il faut dire que les détails du dispositif et les formulaires à remplir n’ont été officiellement publiés que la semaine dernière. « Mais la demande est là, ça va se roder, assure le PDG d’ATN, qui prévoit – et espère – que les prochains vols seront davantage remplis. Il faut comprendre que les Américains qui veulent partir n’ont pas beaucoup de destinations : l’Asie et l’Europe sont fermées… Ceux qui ont envie de bouger, ils n’ont que quelques options : Hawaï, le Mexique, le Costa Rica… ou la Polynésie« .

Des envies de voler, ATN en a aussi. La compagnie, dont un des avions est en stockage longue durée dans le désert américain, effectue pour l’instant trois rotations par semaine vers les États-Unis et une seule vers la Métropole. « Normalement, à cette période, on a quatre avions et un vol par jour », rappelle Michel Monvoisin. Ce début de réouverture ne sera donc pas suffisant pour mettre la compagnie dans le vert. « On arrive à la haute saison, et ce qui nous inquiète un peu c’est le marché français, reprend le PDG. Il y a beaucoup d’inquiétudes de la part des tour-opérateurs, surtout qu’on ne leur donne pas des conditions et de date de reprise ». La reprise des vols touristiques depuis la France ne dépend pas des autorités polynésiennes mais de l’évolution des règles sanitaires en Europe. « Les déclarations du président Macron laissent espérer un changement en juin, note le responsable. On verra bien ».

Article précedent

Un Boeing d’Air France prend le nom de « Papeete »

Article suivant

La minute de l'entrepreneur 3/05/2021

1 Commentaire

  1. 4 mai 2021 à 5h43 — Répondre

    Une passagère native de Tahiti : « Mais il y a beaucoup de papiers, ça a été la croix et la bannière pour les remplir  » s’agace-t-elle. « On a fait un test au départ et à nouveau un test à l’arrivée et encore un autre dans quatre jours… C’est trop, on est vaccinés ! » Les touristes Américans : « Cela me parait normal »- « Je m’attendais à quelque chose de plus difficile  » « Tout le monde doit faire attention au Covid, et c’est une petite île, et il faut la protéger. Je comprends parfaitement ».
    Différences de réactions remarquables !

Répondre à Claude Soriano Annuler la réponse.

PARTAGER

Arrivée des premiers touristes américains : « C’est bien normal de vouloir protéger son île »