AFPINTERNATIONAL

Assistants FN au Parlement européen: information judiciaire ouverte

Paris (AFP) – Le parquet de Paris a confié à des juges d’instruction du pôle financier l’enquête sur les soupçons de salaires indûment versés à des assistants parlementaires d’élus du Front national au Parlement européen, a appris l’AFP jeudi de source judiciaire.

L’information judiciaire a été ouverte le 15 décembre pour abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux et travail dissimulé, a précisé la source. Elle fait suite à une enquête conduite depuis mars 2015 par le parquet, qui avait été saisi par le Parlement européen.

A cette époque, les soupçons portaient sur les conditions dans lesquelles étaient employés et payés 20 assistants frontistes au Parlement européen, car leurs noms apparaissaient aussi sur le dernier organigramme du parti en France. Ces doubles inscriptions laissaient supposer que les personnes pouvaient être affectées à d’autres tâches que le Parlement tout en étant rémunérées par les fonds européens.

« On ne peut pas être payé par le Parlement européen et travailler pour un parti », avait résumé le président du Parlement, le socialiste Martin Schulz, répondant à la patronne du FN Marine Le Pen qui l’avait accusé d’organiser une « vaste manipulation politique ».

En août 2016, l’organisme antifraude de l’Union européenne (Olaf) a demandé au Parlement européen de recouvrer 339.946 euros auprès de Marine Le Pen elle-même, une somme correspondant aux salaires versés à deux de ses assistants parlementaires. L’avocat de Marine Le Pen avait annoncé un recours.

Le Parlement européen a également réclamé 320.000 euros à Jean-Marie Le Pen, lui aussi élu à Bruxelles et à Strasbourg.

Dans le cadre de l’enquête du parquet, les policiers de l’Office anticorruption de la PJ (Oclciff) avaient perquisitionné en février 2016 le siège du FN à Nanterre, la propriété familiale de Jean-Marie Le Pen à Saint-Cloud et le bureau de son secrétaire particulier Gérald Gérin.

Le FN a déjà été renvoyé en procès, ainsi que deux de ses cadres, dans l’affaire du financement de ses législatives en 2012. Le procès n’a pas encore eu lieu.

Le logo du Front National sur l'écran d'une tablette le 13 octobre 2016 à Paris. © AFP

© AFP LIONEL BONAVENTURE
Le logo du Front National sur l’écran d’une tablette le 13 octobre 2016 à Paris

Article précedent

Loi Morin : Les anti-nucléaires doutent de Fritch

Article suivant

Grippe aviaire: nouvel accès d'un virus classé "hautement pathogène"

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Assistants FN au Parlement européen: information judiciaire ouverte