EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Attention à ne pas prendre tout ce qu’il y a sur le net pour argent comptant ! – Edito 15/01/2019

Si l’utilisation de Wikipedia est totalement rentrée dans les habitudes de tout un chacun dès qu’il s’agit d’éclairer sa lanterne sur un événement, une personnalité ou une notion que l’on voudrait mieux connaître, cela n’a pourtant pas toujours été le cas. En ce 15 janvier nous fêtons en fait les 18 ans de cette encyclopédie en ligne qui vit le jour en 2001. Mais cette, entre guillemets, « majorité » est-elle pour autant un âge de raison ?

Le principe du fonctionnement de cette dernière repose sur la participation collaborative, cela veut donc dire que dans l’absolu tout un chacun est susceptible de pouvoir créer, éditer, modifier des articles qui ne sont vérifiés et corrigés que par le bon vouloir des autres internautes. Il existe heureusement l’équivalent de « super » vérificateurs, des ultra fans bénévoles qui concentrent bien entendu leur attention principalement sur les sujets les plus recherchés, les plus communs, les plus tendances ou encore les plus sensibles.

Et oui, pour ceux qui l’ignoraient il n’y a donc absolument aucune garantie que les informations recueillies sur Wikipedia soient réellement fiables. Et là où c’est inquiétant c’est quand il nous est donné de constater que pour une bonne partie des utilisateurs, qu’ils soient amateurs ou professionnels, on se contente de ce que l’on y aura lu.

Pourtant comme à l’époque de Diderot ou d’Alembert, de véritables puits de science continuent de rédiger des ouvrages académiques, de magnifiques encyclopédies en plusieurs volumes dont certaines existent même en accès universel électronique depuis internet. Mais elles n’ont pas la côte. C’est comme si ces grandes références, celles qui donnent la plus importante garantie de sérieux et de fiabilité étaient toisées parce qu’elles ne seraient pas suffisamment « in ». C’est fâcheux.

Ça l’est d’autant plus quand on sait que ces articles d’encyclopédie en ligne restent heureusement encore relativement épargnés par ce qui gangrène ceux de presse, les fameuses « fake news ». Ces trop nombreuses publications qui polluent les fils d’actualité sur les réseaux sociaux, qui déchaînent les passions, catalysent les haines et les rancœurs alors qu’ils ne reposent que sur du vent. En cette période tendue en métropole avec le mouvement des gilets jaunes j’ai parfois été désespéré de ce que j’ai pu lire de mensonger, et qui était malgré tout débattu. Une espèce de gros brassage de vent, une dépense d’énergie inutile qui nous éloigne de la connaissance et insulte en fait notre intelligence collective, pour ce qu’il en reste.

Alors pendant que certains souffleront les bougies de Wikipedia, d’autres souffleront, pour les attiser, sur les braises de l’obscurantisme.

Article précedent

L’affaire Papy Ellis et ses 1,6 kg d’Ice à la barre

Article suivant

Recette du 15/01/2019 : Papillote de poisson

1 Commentaire

  1. Tamatoa
    16 janvier 2019 à 17h39 — Répondre

    D’autant plus vrai que les idéologues de tout poil s’évertuent à réécrire l’histoire et wikipedia est un de leurs terrains de jeu

Laisser un commentaire

PARTAGER

Attention à ne pas prendre tout ce qu’il y a sur le net pour argent comptant ! – Edito 15/01/2019