EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Attention danger : les bonnes intentions à risque – Edito 17/08/2020

Voici la définition du mot « danger » : « ce qui menace la sûreté, l’existence de quelqu’un ou de quelque chose ». Aussi, profiter d’une tribune mise à votre disposition par des patrons de médias qui estiment que vous avez acquis la légitimité de la tenir pour mettre en garde contre tous ceux qui par leur pensée et leurs propos « menacent l’existence de quelqu’un » est presque un sacerdoce.

Je confirme donc à nouveau ici qu’avec force et détermination, malgré les attaques personnelles, les tentatives de déstabilisation, les procès en place publique, le dénigrement, et j’en passe, je continuerai, tant que je le pourrai, de m’élever contre les irresponsables. J’avais déjà pu relever à quel point le grand confinement et le contexte sanitaire mondial avaient servis de catalyseurs en renforçant les frustrations des antisystèmes. Ceux qui nourrissent et font grandir en eux du matin au soir une rancœur envers un modèle de société supposément établi, et immuable, dans lequel ils n’auront pas su ni peser ni briller. Convenons toutefois que pour une partie d’entre eux, cela ne préjuge en rien du bienfondé de certains de leurs arguments, bien heureusement, et que s’en emparer pour les vulgariser auprès du plus grand nombre en revient à servir avec bienveillance la cause publique. C’est exactement ce que votre serviteur a fait, entre autres exemples, en étant le premier au Fenua à vous parler de la Chloroquine, et ensuite à dénoncer la pression des lobbies du Big Pharma tentant de décrédibiliser le Professeur Raoult.

Dans une société de l’immédiateté de l’information, aussitôt ingurgitée aussitôt digérée, vos détracteurs tombent malheureusement dans les travers de qu’ils dénoncent. Ils se mettent des œillères pour ne voir que ce qui les arrange, leur position du moment est présentée comme l’unique vérité, pourtant ils s’agitent et apitoient à tout va autour d’eux en disant vouloir peser contre la pensée unique. C’est le serpent qui se mord la queue …

On peut débattre de tout, mais pas n’importe quand, pas n’importe comment. Il est de la responsabilité des médias notoires lors d’une situation d’urgence où le péril vital présent des populations est dans la balance, de s’engager à suivre et donner de l’écho aux recommandations de la vaste majorité des savants de notre monde. Risquer de laisser s’instiller le doute dans l’esprit des lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs, en donnant aux multiples antithèses le même espace d’existence est le réel « danger » dont je vous donnais la définition au début.

Alors cette supposée « pensée unique », lorsqu’elle est l’expression absolue du bon sens mériterait qu’on s’en contente surtout lorsque ses préconisations et effets sont censés être limités dans le temps pour peu que l’on s’y conforme. Puis, et le plus rapidement possible espérons-le, nous aurons alors toute latitude, une fois en sécurité, de débattre et d’étudier ce qui contribuera à améliorer notre réponse à une épreuve du même ordre. Aussi, une autre mesure barrière aurait toute légitimité à figurer sur la liste : ne pas se laisser polluer l’esprit par ceux qui en ce moment remettent en question l’une ou l’autre de celles qui y sont déjà inscrites.

Article précedent

Répondeur de 7:30, le 17/08/2020

Article suivant

Journal de 7:30, le 17/08/2020

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Attention danger : les bonnes intentions à risque – Edito 17/08/2020