INTERNATIONAL

Aulnay-sous-Bois: dix mois de prison avec sursis requis contre un des prévenus

Bobigny (AFP) – Une peine de dix mois de prison avec sursis a été requise mercredi contre l’un des six majeurs jugés pour des faits de violences ou d’embuscade à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), en proie à des incidents après le viol présumé du jeune Théo au cours d’une arrestation brutale.

Jugé en comparution immédiate pour des faits « d’attroupement avec arme et de violences volontaires », un jeune homme de 20 ans, premier à comparaître, est accusé d’avoir jeté une pierre sur les forces de l’ordre lundi soir.

Le prévenu, au casier judiciaire vierge, nie les faits qui lui sont reprochés: « A aucun moment j’ai jeté une pierre ou ramassé une pierre », affirme-t-il, penaud, insistant sur le fait qu’il n’avait « pas de cailloux dans les poches et pas de gants ».

Quel que soit le contexte actuel dans cette commune populaire à l’est de Paris, en proie à des violences urbaines depuis quatre nuits après l’arrestation brutale et le viol présumé du jeune Théo, 22 ans, survenus le 2 février, il est « hors de question de justifier ces comportements de violence », a martelé la procureure.

« C’est la possibilité qu’on a trouvée pour manifester son rejet, son dégoût? », a-t-elle demandé au prévenu, qui a tenté de justifier sa présence dans la cité des 3.000 ce soir-là par une simple « curiosité ». 

Dans ses réquisitions, la procureure a demandé contre le jeune homme une peine de dix mois d’emprisonnement avec sursis et une interdiction de porter ou de détenir une arme pendant trois ans.

Cinq autres majeurs sont jugés avec lui en comparution immédiate pour des faits « d’embuscade ». Outre les six majeurs, 11 mineurs sont aussi jugés mercredi par le tribunal pour enfants pour des faits d’embuscade.  

Après les multiples appels au calme lancés par Théo et sa famille, la nuit de mardi à mercredi a été tranquille à Aulnay-sous-Bois. Mais des incidents ont éclaté dans plusieurs autres communes de Seine-Saint-Denis, où notamment une vingtaine de véhicules ont été brûlés, selon la préfecture de police. 

Théo, toujours hospitalisé en raison de graves blessures dans la zone rectale, s’est vu prescrire 60 jours d’incapacité totale de travail (ITT).

Dimanche, quatre policiers ont été mis en examen pour violences volontaires en réunion, et l’un d’entre eux est également accusé de viol. Ils ont tous été suspendus par une décision du ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux.

Carcasse d'une voiture brûlée dans le quartier de la Rose des Vents, aussi appelé Cité des 3000 à Aulnay-sous-Bois le 7 février 2017. © AFP

© AFP GEOFFROY VAN DER HASSELT
Carcasse d’une voiture brûlée dans le quartier de la Rose des Vents, aussi appelé Cité des 3000 à Aulnay-sous-Bois le 7 février 2017

Article précedent

Répondeur de 7:30, le 08/02/17

Article suivant

Vaccins: lesquels sont obligatoires? lesquels posent question?

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Aulnay-sous-Bois: dix mois de prison avec sursis requis contre un des prévenus