EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

BAC : des joies et des peines – Edito 23/06/2016

Pour des milliers de jeunes lycéens polynésiens ce jeudi 23 juin 2016 est une des journées les plus importantes de leur vie. Ils seront fixés aujourd’hui sur leur obtention d’un sésame qu’ils ont en ligne de mire depuis leur plus jeune âge, le Bac.

Certains y sont allés les mains dans les poches, d’autres anxieux au dernier degrés manquaient de se faire dessus avant chaque épreuve. Il y en a qui ont révisé comme des bêtes, et d’autres qui ont préféré le surf plutôt que de replonger le nez dans les bouquins comptant sur une vague de chance.

A ceux qui obtiennent leur bac aujourd’hui, bravo. C’est une étape supplémentaire de franchie, mais ne vous arrêtez pas en si bon chemin, je vais y revenir dans un instant. Pour les autres, il y a ceux qui ont un nombre raisonnable de points qu’il sera possible de rattraper, et d’autres par contre qui auront trop de retard et qui devront retenter le coup l’an prochain. Dîtes-vous une chose, bien entendu que vous aurez de la peine, surtout si vous avez travaillé dur et y avez cru, mais la vie ne s’arrête pas là. Dans une année, vous serez mieux armé. A 17 ou 18 ans, on croit que l’on perd un an, qu’on gâche 12 mois, mais c’est faux. Ce laps de temps à l’échelle d’une vie vous aurez largement l’occasion de le rattraper car de toute manière vous en sortirez enrichis de nombreuses nouvelles expériences et de savoir. Vous les parents qui m’écoutez, à moins que vous ayez vu votre ado se la couler douce de manière éhontée, ne soyez pas « trop » dans le registre du reproche, mais encouragez votre enfant à mieux faire, consolez-le, et ne lui faite pas perdre le peu de confiance en lui qui lui reste. Evidemment que vous serez déçu comme si c’est vous qui l’aviez loupé ce Bac, mais ne minimisez pas l’impact psychologique que pourra avoir à vie chez lui votre fâcherie.

Donc, ceux qui l’ont obtenu, n’écoutez pas ceux qui vous disent que de toute façon ça ne sert à rien de l’avoir. Plus vous avez de cordes à votre arc, et plus vous serez armé sur un marché de l’emploi hyper concurrentiel avec très peu de places à pourvoir. N’ayez surtout pas qu’une seule option en tête pour la suite de votre parcours. Nous ne vivons plus dans ce monde là, malheureusement. Ne minimisez surtout pas les filières professionnelles, ou celles qui peuvent vous permettre d’avoir un métier à plus brève échéance, c’est peut-être celles qui sont le plus porteuses par les temps qui courent.

Enfin, gardez une chose à l’esprit, il existe des personnes, et j’en connais, qui n’ont jamais eu leur bac et ça ne fait pas d’eux des idiots. Bien au contraire, grâce à l’intelligence de la vie qu’ils ont, ils ont su continuer à être curieux et à vouloir comprendre. Il faut de tout pour faire un monde et ce « sésame » bien que représentant un symbole n’est pas le seul moyen de vous ouvrir la porte d’une belle vie. Faitoito !

Article précedent

700 millions d’aménagements pour accueillir les croisiéristes

Article suivant

Top 14: Toulon-Racing 92, finale-témoin

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

BAC : des joies et des peines – Edito 23/06/2016