INTERNATIONAL

Baptême du feu pour Cazeneuve, Valls et Montebourg en campagne

Paris (AFP) – Bernard Cazeneuve connaît son baptême du feu de Premier ministre mercredi au Conseil des ministres et à l’Assemblée, au lendemain de sa passation de pouvoirs avec Manuel Valls, qui, lui, lance sa campagne pour la primaire PS dans le Doubs.

Autre candidat à la primaire organisée par le PS (22-29 janvier), Arnaud Montebourg sera pour sa part en meeting mercredi soir à Dijon.

Après un Conseil de sécurité et de défense, M. Cazeneuve assistait mercredi matin, dans ses nouvelles fonctions, à son premier Conseil des ministres, auquel tous les membres du gouvernement ont été conviés, y compris les secrétaires d’Etat.

« Il reste quelques mois » et « chaque jour compte », a déclaré M. Cazeneuve mardi lors de la passation des pouvoirs avec Manuel Valls. Au programme: « protéger, progresser et préparer l’avenir », les termes exacts utilisés par François Hollande pour décrire la « mission » de ce nouveau gouvernement.

M. Cazeneuve, qui n’a procédé qu’à trois retouches au sein de l’équipe gouvernementale – dont Bruno Le Roux qui le remplace à l’Intérieur -, se rendra ensuite à l’Assemblée pour sa première séance de questions au gouvernement dans ses nouvelles fonctions.

Le nouveau Premier ministre, qui a nommé le préfet Patrick Strzoda directeur de cabinet, devrait également prononcer, peut-être mardi prochain, un discours de politique générale. Auparavant, vendredi, il devrait se rendre à Pessac (Gironde) pour l’inauguration du nouveau bâtiment de Sciences Po Bordeaux, dont il est sorti diplômé en 1985.

Au PS, avec la nomination de Bruno Le Roux place Beauvau, sa succession est ouverte à la tête du groupe à l’Assemblée. Mardi, les noms des députés Guillaume Bachelay et Olivier Faure circulaient parmi les parlementaires.

– Rebsamen tacle M. 49-3 –

Manuel Valls étrennera, lui, ses habits de candidat dans le Doubs. L’ex-Premier ministre visitera l’entreprise d’articles culinaires Cristel, une coopérative fromagère et rencontrera les représentants du personnel des entreprises Faurecia et Peugeot Scooter. Il visitera ensuite le marché de Montbéliard et donnera une réunion publique à Audincourt.

Mardi soir au JT de France 2, M. Valls s’est dit « convaincu » que la gauche pouvait gagner en 2017 la présidentielle. Il a aussi lancé un appel à une large participation à la primaire du PS, pour éviter que le seul noyau dur des électeurs socialistes participent. Signe de sa volonté de rassembler les « hollandais », privés de « leur » candidat: il a choisi Didier Guillaume, président du groupe PS au Sénat, pour diriger sa campagne.

Mais la primaire s’annonce tendue. Manuel Valls est « le fondé de pouvoir » des années Hollande, a attaqué mercredi matin Arnaud Montebourg qui rappelle les propositions de son concurrent lors de la primaire de 2011 – « suppression de l’ISF », « fin des 35 heures » et « TVA sociale » -, « exactement aujourd’hui le programme de François Fillon ».

« On ne gouverne pas à gauche à coup de 49-3 », a également taclé l’ancien ministre François Rebsamen (PS), « orphelin » de la « synthèse mitterrandienne » depuis le renoncement du chef de l’Etat.

M. Montebourg est attendu mercredi en Côte-d’Or pour déjeuner avec des élus, visiter l’entreprise APF, spécialisée dans l’emploi de travailleurs handicapés, puis un Fablab social (laboratoire de fabrication ouvert au public) et échanger avec des membres de l’association Unis-Cité sur le service civique et le service national. L’ancien ministre terminera ce déplacement par une réunion publique à Dijon, ville où il avait entamé ses études de droit.

Les candidatures pour la primaire du PS sont closes le 15 décembre. La sénatrice PS Marie-Noëlle Lienemann a dit réfléchir mardi au retrait de sa candidature au nom de « l’unité » de l’aile gauche du PS qui compte déjà deux candidats avec Arnaud Montebourg et Benoît Hamon. L’écologiste François de Rugy a déposé mardi sa candidature. Bastien Faudot, président du MRC fondé par Jean-Pierre Chevènement, a également annoncé sa participation, à laquelle rechigne le PS.

Bernard Cazeneuve et François Hollande sur le perron de l'Elysée le 7 décembre 2016 à Paris. © AFP

© AFP Eric FEFERBERG
Bernard Cazeneuve et François Hollande sur le perron de l’Elysée le 7 décembre 2016 à Paris

Article précedent

Séisme en Indonésie: près de 100 morts

Article suivant

Syrie: les rebelles appellent à un cessez-le-feu à Alep

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Baptême du feu pour Cazeneuve, Valls et Montebourg en campagne