AFPINTERNATIONAL

Barack Obama est à Athènes où il doit parler démocratie

Athènes (AFP) – Le président américain Barack Obama est arrivé mardi à Athènes, première étape de son dernier voyage officiel avant de quitter la Maison Blanche au cours duquel il tentera de rassurer des interlocuteurs groggy après la victoire surprise de Donald Trump.

Air Force One, l’avion présidentiel, s’est posé peu après 08h30 GMT à Athènes où M. Obama, souriant, a été accueilli par le ministre de la Défense Panos Kammenos.

Il devait ensuite se rendre au palais présidentiel et y rencontrer le Président de la République Prokopis Pavlopoulos, avant de rencontrer le Premier ministre de gauche radicale Alexis Tsipras, et tenir en milieu d’après-midi une conférence de presse avec celui-ci.

Le 44e président des Etats-Unis avait probablement imaginé une autre tonalité pour ce qui est aussi sa tournée d’adieux à l’Europe après huit années au pouvoir.

Mais Donald Trump sera dans tous les esprits. Et avec lui une cascade d’interrogations sur la direction que le futur président entend donner à l’Amérique sur nombre de grands dossiers internationaux: accord sur le climat, accord sur le nucléaire iranien…

Lors d’une conférence de presse lundi à Washington, M. Obama s’est voulu rassurant, soulignant combien démanteler ou détricoter de tels textes n’était pas affaire aisée.

Après la Grèce, M. Obama se rendra en Allemagne où il doit rencontrer la chancelière Angela Merkel. Lors de cette escale à Berlin, il doit également voir le président français François Hollande, la Première ministre britannique Theresa May ainsi que le Premier ministre italien Matteo Renzi.

Le voyage de M. Obama doit s’achever en fin de semaine au Pérou où il participera au Forum de coopération économique Asie-Pacifique (Apec) où il compte notamment s’entretenir avec le président chinois Xi Jinping.

Lors d’une journée forte en symboles, le président américain doit visiter mercredi l’Acropole puis prononcera un discours sur les défis de la mondialisation qui prendra, dans le berceau de la démocratie, une résonance particulière face à la montée en puissance des mouvements populistes des deux côtés de l’Atlantique.

Il s’agit du premier voyage de M. Obama en Grèce. Le dernier président américain à y être venu en visite officiel était Bill Clinton, en 1999.

La visite d’Obama « est constructive de plusieurs façons, elle va contribuer à faire avancer une solution viable et juste pour la dette grecque », a déclaré le porte-parole du gouvernement grec Dimitris Tzanakopoulos dans une intervieuw au quotidien pro-gouvernemental Avghi.

Il a souligné que « la visite intervient dans une période cruciale », également en pleine question migratoire et alors que Chypre est toujours divisée.

– ‘Avant tout il est Américain’ –

Les Athéniens semblaient partagés par cette visite. « Nous vivons avec l’espoir que cela apportera quelque chose de positif à la Grèce et à la région », a indiqué à l’AFP Spyros M., 30 ans, fonctionnaire.

Ekaterini Tsarmoutzi, employée dans le privé était dubitative : « Il est sympa comme personne, mais avant tout il est Américain, les Grecs doivent apprendre à s’appuyer sur leurs propres forces pour résoudre leurs problèmes ».

Christina Artinou, concierge, se demandait pourquoi M. Obama venait en fin de mandat, et trouvait que « ce serait bien que le nouveau président (Donald Trump) vienne nous rendre visite ».

Soumise à des politiques d’austérité draconiennes, la Grèce peine à sortir de la récession malgré l’amélioration de ses finances.

« Pour que les réformes s’inscrivent dans la durée, les gens ont besoin d’espoir », a souligné M. Obama dans un entretien au quotidien grec Kathimerini.

Il a promis de continuer à exhorter les créanciers de la Grèce à « prendre les mesures nécessaires, en particulier l’allégement de la dette, pour qu’elle puisse renouer avec une croissance économique robuste ».

Si le FMI est sur la même ligne que l’administration américaine, le dossier se heurte à l’intransigeance de l’Allemagne et une avancée à courte terme semble peu probable.

Le président américain veut aussi insister sur « la compassion et la générosité » du peuple grec vis-à-vis des réfugiés et des migrants.

Des manifestations annoncées par des syndicats et des partis d’extrême gauche ont été interdites dans le centre de la capitale. Une trentaine d’écoles ont été fermées pour des « raisons de sécurité ».

Barack Obama accueilli par le ministre grec de la Défense Panagiotis Kommenos (G) à son arrivée à l'aéroport international Eleftherios Venizelos, le 15 novembre 2016 à Athènes . © AFP

© AFP Brendan Smialowski
Barack Obama accueilli par le ministre grec de la Défense Panagiotis Kommenos (G) à son arrivée à l’aéroport international Eleftherios Venizelos, le 15 novembre 2016 à Athènes

bf334dc8f856a52bdce523597af40b5f69f2c369-1
Article précedent

Russie: le ministre de l'Economie inculpé pour "extorsion de pots-de-vin"

82ae20152fc6dad37f2fd9fe4aa51d1358a6be44
Article suivant

Irak: se convertir ou mourir, le calvaire de chrétiens sous l'EI

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Barack Obama est à Athènes où il doit parler démocratie