ACTUS LOCALESSOCIAL

Bientôt une convention entre le Pays et la fondation Paul et Mareva Marciano

Le président du Pays, Edouard Fritch, et la Miss Tahiti 1990 et Miss France 1991, Mareva Georges Marciano étaient réunis vendredi après-midi pour de la mise en place d’un projet pilote au sein des établissements scolaires de Polynésie. Il s’agit d’offrir un espace d’accueil dans les écoles aux élèves en difficulté.

Vendredi après-midi, Edouard Fritch et Mareva Georges Marciano se sont rencontrés pour travailler à la mise en place d’une structure pour prendre en charge les jeunes à l’intérieur des établissements scolaires. Des discussions ont lieu depuis plusieurs semaines entre les ministres de l’Education et de la Santé, pour mettre en place un projet pilote s’inspirant de la « Margaret’s Place » aux Etats-Unis. Les équipes médicales et psychologiques de la fondation Paul et Mareva Marciano vont proposer un accompagnement spécifique aux élèves en difficulté au sein d’une salle dédiée dans chaque école.  Un établissement de Tahiti va faire office de pilote avant la mise en place d’une convention ente le pays et la fondation de l’ancienne reine de beauté.

D’après communiqué.

Article précedent

Rétro 2018 : Ce qui a marqué Fabien Dinard

Article suivant

Rétro 2018 : Ce qui a marqué Viri Taimana

1 Commentaire

  1. Heitiare
    26 décembre 2018 à 12h51 — Répondre

    M.me Marciano, fêtes de Noël obligent à l’image de nos politiques offrant cadeaux, repas aux sans domiciles, logés dans des structures du Pays ,exception faite avec la Ministre de la Solidarité qu’on a collé à la distribution dans les rues, vous aussi en êtes à faire votre B.A. Votre projet pilote Pays / ministère de l’Education et de la Santé parait bien vertueux mais on peut noter que l’Etat n’y est point associé. Et pourtant grâce au RSMA, beaucoup de jeunes en situation d’échec scolaire, situation précaire tout court sont remis «sur les rails» grâce aux diverses formations mises sur pied par ce dernier.S’occuper de jeunes en situation de difficulté scolaire c’est bien mais faire en sorte que dès le départ ils n’y soient pas dans ce cas de figure, ce serait mieux et il appartient à nos politiques, qui sont nos têtes pensantes ,tout de même,d’en rechercher les causes. Problèmes au niveau de la langue? Des programmes scolaires?Du calendrier scolaire? Manque d’outils éducatifs? D’innovation en matière de pédagogie?…
    Le taux d’illettrisme en Polynésie toujours trop élevé, trop d’enfants, jeunes encore en décrochage scolaire. Pourquoi? Pourquoi? Pourquoi?
    Et pour les parents illettrés? Quelles solutions?

Répondre à Heitiare Annuler la réponse.

PARTAGER

Bientôt une convention entre le Pays et la fondation Paul et Mareva Marciano