EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

« Billet moins cher = pas plus de touristes », c’est une blague ? – Edito 06/09/2016

Invité du journal télévisé de Polynésie 1ère samedi soir Michel Monvoisin en a surpris plus d’un. Je le trouve pourtant très crédible dans son rôle de PDG de Air Tahiti Nui depuis qu’il est en poste notamment au vu de ses excellents résultats commerciaux, mais là, il doit avoir des connaissances qui nous échappent à toutes et tous pour avoir déclaré la chose suivante « Je m’inscris en faux contre cette fausse idée qui est de dire baissons les billets d’avion, il y aura plus de touristes. Ce n’est absolument pas vrai. »

Nous sommes des milliers ici à rêver de pouvoir accueillir de la famille ou des amis de métropole et nous ne savons que trop bien que le PREMIER frein est celui du prix du billet d’avion ! Combien de fois vous et moi avons entendu autour de nous lorsque nous nous déplacions en dehors du Fenua des phrases du genre « Oh oui ça me fait trop envie, mais vu le prix du billet d’avion il ne va pas me rester grand chose pour me loger et me nourrir » ou encore « t’es gentil avec le prix d’un aller-retour pour Tahiti je me fais 10 jours vol, logement et pension complète en République Dominicaine ».

J’ai adoré la réponse du tac-o-tac de Natacha Szilagyi, je la cite : « Faudrait peut-être le tester pour le savoir. » Elle a carrément raison mais en fait, et elle le sait bien, on en a déjà fait l’expérience notamment quand Corsair avait ouvert sa ligne à prix ultra raisonnable entre Paris et Papeete. Là il n’est pas question de multiplier les compagnies aériennes pour risquer de toutes les mettre en danger si en effet il n’y a pas suffisamment de chambres pour accueillir les touristes, mais simplement de rationaliser la donne. Qu’on ne me dise pas que TOUTE la Polynésie française affiche complet en haute saison, ça se saurait … Notre Fenua ne se résume pas à Bora Bora.

Je lisais un rapport paru dans la revue Téoros de recherche en tourisme écrit par Yvon Bigras et Isabelle Dostaler, dans laquelle ils expliquaient que parmi plusieurs facteurs permettant à un touriste de faire un choix de voyage il y avait la nécessité que le prix du billet soit abordable, et que si celui-ci les décevait, ses effets sur la destination touristique se feront sentir. C’est aussi simple que ça. Et que dire de l’explosion du trafic aérien grâce à l’essor des compagnies low-cost ?

Alors je veux bien que Michel Monvoisin prêche pour sa paroisse, veuille continuer de présenter un bilan bénéficiaire de presque 5 milliards en manquant de nous faire nous étouffer devant notre télé avec des déclarations brutes de décoffrage, mais la vérité nous la connaissons tous et il est navrant de se dire qu’en 2016 on en est toujours là. Il faut rationaliser le prix du billet d’avion ET s’assurer de la cohérence du marché hôtelier local ET cesser de ne viser qu’une cible de vieux riches et de couples en lune de miel. Car entre ceux là, ou ce qui a été envisagé un temps : le tout chinois, il y a largement le potentiel d’accueillir d’autres cibles à condition de s’en donner les moyens …

Article précedent

Mondial-2018: l'Espagne s'est amusée, l'Italie a géré

Article suivant

Clinton inquiète de "graves" interférences des Russes dans les élections

9 Commentaires

  1. Jocelyn
    5 septembre 2016 à 16h18 — Répondre

    Un ami m’a dit hier, il va aller à Hawaï aux États-Unis parce que le prix du billet à Tahiti est trop cher. Beaucoup d’amis me l’ont dit cela.

  2. cauchy jacques
    6 septembre 2016 à 2h50 — Répondre

    bien sur tout le monde sait que Tahiti est la destination la plus chère,du temps des compagnies comme corsaire le billet était moitié prix et les hotels étaient plein

  3. Teva
    6 septembre 2016 à 6h03 — Répondre

    Mais bien entendu qu’un billet plus abordable attirera plus de touristes, et si les hôtels de Bora sont effectivement bien fréquentés, que dire des pensions de familles qui seraient ravis d’accueillir des touristes certes un peu plus modestes, mais sûrement plus intéressés par notre culture et nos paysages ? Complets ? Non, loin de là ! Mais voilà, on ne veut pas de tourisme « de masse », on ne veut pas de « routards », donc on nivelle par le haut avec les tarifs prohibitifs. Il suffirait qu’une Low Cost viennent donner un coup de pied dans la belle entente (tacite) AF/ATN pour débloquer la situation. Encore faudrait-t-il que le gouvernement l’autorise à venir, ce qui n’est pas dit…

  4. 6 septembre 2016 à 10h11 — Répondre

    Les bénéfices 2016 de ATN se font quand même sur le dos des usagers, il faut le préciser.
    Pas de baisse du prix des billets et baisse conséquente du prix du pétrole. Toutes les compagnies (ou presque) on supprimait la taxe carburant qui avait été créée lors de la crise du pétrole de 2008-2009 ….sauf ATN !!!!!!!!!

  5. Le Rabbit Polynésien
    6 septembre 2016 à 17h43 — Répondre

    Alors, qu’est-ce qu’on attend pour boycotter l’avion pour un temps, histoire de leur faire prendre conscience que leur monopole nous ennuie, et que surtout, nous ne sommes plus dupe de leur supercherie en matière de commerce sur la concurrence déloyale. Rien qu’un mois sans aucune vente de billet, il perdrait toute crédibilité et beaucoup d’argent !

  6. Brunolife Huahine
    6 septembre 2016 à 18h43 — Répondre

    Cher Alexandre,

    Nous avons eu droit sur Première à une intervention de Monsieur MONVOISIN que j’ai trouvé
    scandaleuse,pathétique et lamentable.La Polynésie est dans une situation dramatique,frappée
    de plein fouet par un marasme économique.En effet,le tourisme et le bâtiment sont des éléments
    essentiels et ils se portent au plus mal.Ce Monsieur nous annonce avec son sourire narquois et
    son air condescendant qu’en baissant les tarifs des billets d’avion cela ne changerait rien.
    Le gouvernement ne réagit pas puisqu’il détient des parts chez ATN.
    On croit rêver!!!
    Nous sommes passés de 250.000 touristes à 183.000.Encore heureux que quelques bateaux
    viennent en Polynésie sinon nous nous retrouverions dans une situation désastreuse.
    Ecoeurant!!!

    Bruno

  7. moana
    7 septembre 2016 à 6h41 — Répondre

    Quand on voyage gratos avec toute sa famille normal de ne trouver le prix de billet cher….qu’ils mettent la main à la poche tous ces messieurs dames d’ATN et du gouvernement qui voyagent aux frais de la princesse, ils comprendront.

  8. Chris
    11 septembre 2016 à 10h50 — Répondre

    Baisser le prix des billets permettrai aussi aux Familles modestes de pouvoir sortir du territoire et d être des ambassadeurs du Fenua outre pacifique. L’accessibilité au reste du monde pour tous les polynésiens est freiné par le prix du billet.

  9. CHAUMEL Jean-François
    14 septembre 2016 à 20h34 — Répondre

    Que dire, si ce n’est : merci, Alexandre !

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

« Billet moins cher = pas plus de touristes », c’est une blague ? – Edito 06/09/2016