EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Bouchons monstres : la passerelle de la discorde, oui mais … – Edito 06/03/2018

Alors en effet, je pourrais faire un édito bien jubilatoire pour en mettre plein la figure au Ministre de l’équipement et à ses équipes afin de me venger des 3h passées dans la circulation dimanche. Je ne compte plus le nombre de messages reçus en quelques heures à peine me demandant instamment d’être le porte-parole aujourd’hui et ici de tous ceux qui se sont fait piéger et qui en ont eu gros sur la patate. Voyant l’ampleur du désastre et ma colère sur le moment je m’étais dit que j’allais le faire en effet et puis finalement, non. Pourquoi ? Parce que pour passer le temps, à l’arrêt pendant parfois de longues minutes, j’en ai profité pour consulter mon fil d’actualités Facebook. Alors que la problématique existentielle la plus urgente à laquelle il était question pour moi de répondre était « comment faire pour récupérer les potes à temps et aller fêter mon anniversaire ensemble dans une pool party ? » j’étais ramené à la dure réalité. Mes yeux se sont humidifiés, mon cœur s’est serré, si je n’étais pas déjà assis de force dans ma voiture, j’aurais ressenti le besoin de me poser. Je venais d’apprendre qu’un dixième accident de la route mortel depuis le début de l’année avait eu lieu vendredi soir, et qu’il avait emporté quelqu’un que je connaissais certes très peu, mais avec qui j’étais en train de devenir ami. Et bien cela ne pourra pas arriver. Encore un destin fauché, des familles endeuillées, une bonne personne avec un potentiel de dingue qui disparaît trop tôt.

Le reste vous paraît alors bien futile, vous êtes en auto-pilote. Vous passez quasiment une heure de plus dans la circulation mais sans plus rien à dire, et vous finissez par espérer qu’en arrivant à destination le vacarme de la sono et des gens qui s’amusent autour de vous parviendront à vous faire oublier votre malaise. Pas tout à fait finalement, seul dans votre bulle, au milieu de corps qui s’ondulent, non seulement vous réalisez que vous vous êtes vivants, que donc vous avez de la chance et que la vie est trop courte pour se la pourrir.

Oui des milliers d’automobilistes ont été bloqués pendant de longues heures pour que puisse être installée une passerelle sur laquelle on a du mal à s’imaginer que plus d’une vingtaine de piétons passeront chaque jour. Sauf que, si un seul de ces piétons, sur la durée totale de mise en service de cet ouvrage, évite grâce à lui de se faire renverser, et de perdre la vie, alors cela aura valu le coût. Car en y réfléchissant bien il n’y a pas de dépenses de sécurité publique qui ne soient inutiles. Ainsi, puisqu’il paraît que les travaux ne pouvaient être réalisés de nuit justement, je cite « pour des raisons de sécurité du personnel affecté à la mise en place de la passerelle », alors il n’y a rien à dire. Je laisse le soin à mes collègues qui font de l’investigation, si ça les intéresse, de le vérifier, mais moi je ne suis ni ministre, ni ingénieur en génie civil et à cet instant je suis bien obligé de les croire. Alors oui, on aurait tous voulu être ailleurs dimanche à ce moment-là, mais n’oublions jamais de prendre le temps de … prendre du recul. L’énergie que nous dépensons à alimenter notre véhémence mériterait par exemple d’être dépensée plus souvent pour s’assurer que ceux que nous aimons prennent le volant, le guidon, ou seront des piétons, qui en toute occasion resteront vigilants. 10 morts en à peine deux mois dans un si petit pays c’est beaucoup trop, s’il-vous plaît, soyez prudents …

Article précedent

Football – Tahiti vs Calédonie : Naea Bennett devient coach de la sélection

Article suivant

L’AS Dragon face à Lautoka FC en quarts de finale

2 Commentaires

  1. Meekabass
    7 mars 2018 à 7h29 — Répondre

    Bien dit. Il n’y a rien à ajouter !

  2. OIs
    10 mars 2018 à 8h35 — Répondre

    On aurait juste aimé que l’on nous dise que la route serait tout simplement barrée et qu’il valait mieux faire le tour de l’île ou rester chez soit. J’ai retenu que le message d’information diffusé appelait simplement à la prudence !

Laisser un commentaire

PARTAGER

Bouchons monstres : la passerelle de la discorde, oui mais … – Edito 06/03/2018