ACTUS LOCALESJUSTICE

Boyer garde son marché de bitumage à 3 milliards

Le tribunal administratif a rejeté samedi les deux recours en « référé pré-contractuel » présentés par les sociétés Interoute, Bernard Travaux Polynésie, JL Polynésie et Poly-goudronnage contre l’énorme marché de travaux routiers attribué par la direction de l’Equipement à la société Boyer, nouveau venu dans le secteur du bitumage des routes en Polynésie.

La société Boyer garde son marché public de près de trois milliards de Fcfp de travaux routiers sur trois ans et entre ainsi avec fracas dans le milieu du bitumage des routes en Polynésie. Samedi, le juge des référé du tribunal administratif a rejeté les deux recours intentés par les sociétés écartées du marché : Interoute, Bernard Travaux Polynésie, JL Polynésie et Poly-goudronnage. Un marché aux enjeux énormes, puisqu’il était auparavant détenu par ces quatre principaux acteurs du secteur, regroupés en un seul groupement d’entreprises. Vendredi soir, les quatre géants du « noir », le secteur du bitumage des routes en Polynésie, avaient fait valoir que la société Boyer n’avait aucune expérience, aucune référence et qu’elle ne possédait pas de centrale d’enrobée pour mener à bien ce marché. Mais au delà de cette bataille juridique, les quatre sociétés craignent surtout que l’arrivée d’un cinquième opérateur dans le secteur, additionné à la perte de cet énorme marché de travaux routier, ne mette en péril la survie économique de leurs sociétés.

Le juge a pourtant décidé samedi midi de rejeter les recours contre l’attribution du marché à la société Boyer. Il a estimé que la direction de l’Equipement avait respecté toutes les « obligations de publicité et de mise en concurrence » pour monter ce marché, que toutes les informations avaient été données aux entreprises soumissionnaires et enfin que la société Boyer avait fourni de « sérieuses références dans la construction et l’entretien de routes en béton » tout comme son sous-traitant en matière d’enrobés bitumineux. Le poids lourd de la construction et des travaux maritimes, Boyer, entre donc désormais par la grande porte dans le secteur du bitumage routier en Polynésie.

Article précedent

Pas moins de 400 participants au Tota tour 2017

Article suivant

Le Tavini appelle à l'abstention pour la présidentielle

1 Commentaire

  1. drudi
    27 mars 2017 à 11h47 — Répondre

    C’est du vol…et bien trop cher payé, vraiment, pour le piètre résultat…il n’y a qu’à regarder l’état des routes, entre leur vétusté, et le nombres de nids de poule…Jean

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Boyer garde son marché de bitumage à 3 milliards