ACTUS LOCALESECONOMIE

BTP : à quand le redémarrage des chantiers ?

© Cédric Valax

Les autorités, Pays comme État, ne cessent de communiquer sur le nécessaire maintien de l’activité économique. Un des secteurs les plus concernés par ce message, le BTP, est pourtant proche de la paralysie depuis le début du confinement. Et les chantiers dirigés par des maîtres d’ouvrage publics ne font pas exception. Si les élus pointent vers les entreprises du secteur, ces dernières attendent depuis plusieurs jours des clarifications sur l’organisation du travail en ces temps d’épidémie.

« L’activité économique doit autant que possible continuer pour limiter les impacts de la crise ». C’était un des messages importants de la dernière allocution conjointe de Dominique Sorain et d’Édouard Fritch. Parmi les secteurs explicitement visés, le tertiaire, mais aussi le BTP : « Le secteur de la construction peut poursuivre ses chantiers avec une organisation du travail adaptée », a insisté le Haut-commissaire jeudi dernier. Alors que le tourisme est touché de plein fouet par la crise mondiale et que le commerce est limité par les règles d’accueil du public, le BTP, qui représentait en 2019 environ 56 milliards de francs de chiffre d’affaires et quelques 4 900 salariés au fenua, pourrait être un des principaux relais d’activité… Et pourtant, depuis le début du confinement, le 20 mars, la majorité des chantiers sont à l’arrêt.

Une situation que René Temeharo attribue avant tout aux entreprises privées. « Approvisionnement en matériaux », « retour des salariés » dans leur lieux de vie respectifs… D’après le ministre de l’Équipement, « plusieurs raisons » auraient poussé à les entrepreneurs à « décider seuls » de l’arrêt de chantiers. Il n’a en tout cas « jamais été question » pour les pouvoirs publics d’arrêter l’activité du BTP, insiste-t-il. Ne serait-ce que pour des raisons financières : au regard du code des marchés publics, « l’immobilisation nous aurait coûté très cher », pointe le ministre.

Des clarifications qui tardent

Un son de cloche différent résonne pourtant du côté des chefs d’entreprise. Dans une lettre adressée au président Édouard Fritch, en fin de semaine dernière, le président du Medef Patrick Bagur salue la « rapidité et l’efficacité » de la réponse gouvernementale à la crise sanitaire mais soulève certaines inquiétudes du point de vue économique… Dans le secteur du BTP, notamment, où les maîtres d’ouvrages publics « tardent à prendre des positions claires sur la manière de maintenir les chantiers en activité ».

Il est vrai que ces derniers jours, si quelques chantiers privé ont repris, la plupart des opérations publiques – menées par le Pays, ses établissements  ou d’autres collectivités – sont toujours à l’arrêt. Incohérence ? Pour le président de la commission économique du Medef, Frédéric Dock, la responsabilité est « commune ». « Aucun donneur d’ordre public n’a effectivement demandé l’arrêt des chantiers » explique-t-il. Mais, comme en métropole, l’annonce du confinement a créé une « période de flou » pour les entreprises, que le gouvernement et les maîtres d’ouvrage publics doivent absolument aider à lever.

« Ce qu’il manque surtout aujourd’hui, c’est de l’organisation », insiste le chef d’entreprise qui est aussi président de la chambre syndicale des entrepreneurs du BTP, une des entités du Medef. L’organisation patronale est bien sûr très favorable à la reprise des chantiers mais note que, de la sécurité sanitaire des équipes à la fourniture des matériaux en passant par le transport, c’est « toute la logistique de la filière » qu’il faut adapter au confinement et à l’épidémie. « Par la concertation », insiste-t-il précisant en outre que les contraintes supplémentaires de cette période doivent être intégrés dans les coûts des chantiers.

Un guide déjà publié en métropole
Sur le fond, les solutions existent : un guide de préconisations de sécurité sanitaire pour la continuité des activités de la construction préparé par les organisations professionnelles nationales et validés par l’État est mis en application depuis la semaine dernière dans l’Hexagone. Port des équipements de protection contre la contagion, relais des équipes, notamment dans les chantiers en intérieur, distances de sécurité… René Temeharo assure que son adaptation au fenua est en cours, sous la houlette de la vice-présidence.

Du côté des syndicats, beaucoup sont en attente de ce document. Les représentants des salariés se disent favorable à la reprise des activités. « À condition que la sécurité soit assurée par les employeurs, prévient Patrick Galenon, le secrétaire général de la CSTP-FO. Et que des contrôle soient effectués par l’administration ».

Guide de Preconisations Covid 19 Oppbtp

Article précedent

15 avril 1972 : Cruyff brise le règne de Feyenoord

Article suivant

Schnaderbeck garde le rythme et le moral

1 Commentaire

  1. 16 avril 2020 à 6h24 — Répondre

    « Il est vrai que ces derniers jours, si quelques chantiers privé ont repris,… » Certains chantiers privés de constructions de particuliers n’ont jamais cessé sans aucune précaution entre les ouvriers qui auront continué leur travaux sans aucune protection ni maintien des distances préconisées. Aucun contrôle n’ a été effectué malgré les demandes des riverains de ces chantiers pour ne citer que Miri ou Te Tavake.

Laisser un commentaire

PARTAGER

BTP : à quand le redémarrage des chantiers ?