ACTUS LOCALESNOUVELLE-CALEDONIEPACIFIQUEPOLITIQUE

Calédonie : les indépendantistes font tomber le gouvernement « pour sortir de l’impasse »

Plusieurs élus indépendantistes ont annoncé, ce mardi matin à Nouméa, leur démission du gouvernement collégial calédonien. Ce qui devrait provoquer sa chute, alors que le dossier sur l’Usine du Sud échauffe toujours les esprits et que les discussions sur l’avenir institutionnel du pays sont au point mort.

À Nouméa, la possible chute du gouvernement était évoquée depuis référendum d’octobre, qui, tout en confirmant l’avance du camp loyaliste, avait mis en évidence une certaine dynamique côté indépendantiste. Comme l’ont rapporté les Nouvelles Calédoniennes, le FLNKS débat depuis lors d’une possible motion de censure et de l’élection d’un gouvernement présidé par les indépendantistes. L’Union calédonienne et l’Uni-Palika, deux composantes historiques du front pro-Kanaky, peuvent espérer trouver une majorité au Congrès avec les voix de l’Éveil océanien, parti communautaire wallisien, qui a plusieurs fois renversé ses alliances depuis son apparition dans le paysage politique 2019. Mais la perspective de prendre les rênes de l’exécutif en pleine crise ne faisait jusque là pas l’unanimité.

Cette décision a finalement été actée, mais par la voie d’une démission collective, comme le rapportait ce matin Les Nouvelles Calédoniennes. Au moins trois membres indépendantistes de l’exécutif ont annoncé ce mardi leur démission lors de la réunion hebdomadaire du gouvernement. Ce qui devrait automatiquement provoquer sa chute, comme le prévoit le statut de la Nouvelle-Calédonie, où le gouvernement est formé de façon collégiale pour représenter toutes les couleurs politiques de l’assemblée locale, le Congrès. L’institution devrait être convoquée dans les jours à venir en session extraordinaire pour élire un nouvel exécutif.

Vers un président indépendantiste ?

Dans un communiqué commun, l’Union Calédonienne et l’Uni ont expliqué que cette « initiative politique », avait pour but de « donner une chance à la Nouvelle-Calédonie de sortir de l’impasse et de l’immobilisme dans laquelle elle est installée« . Les deux formations indépendantistes parlent d’une « crise de confiance » et de discussions « interrompues » entre les formations politiques. Les deux partis du FLNKS, qui se sont eux-mêmes mis en retrait des négociations sur l’avenir institutionnel proposé par l’État avant le prochain référendum de 2022, parlent d’interlocuteurs nationaux qui ont « changé », entrainant un moindre « niveau d’écoute, d’attention et d’expertise sur le dossier calédonien« .
S’ajoutent les difficultés pour sortir du conflit entourant l’Usine du Sud, complexe minier et métallurgique dont la revente a provoqué des tensions sociales, politiques et sécuritaires importantes ces derniers mois.
L’UC et l’Uni ne parlent pas directement, dans ce communiqué, d’une nouvelle majorité pour prendre la présidence du gouvernement. Mais Si l’Éveil océanien maintient son soutien aux partis indépendantistes au Congrès, elle pourrait être trouvée. Une présidence indépendantiste serait une première en Calédonie depuis les accords de Nouméa.

Article précedent

Ciel plombé pour les compagnies aériennes

Article suivant

L'oxygénothérapie à domicile, bouffée d'air pour les patients du Covid

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Calédonie : les indépendantistes font tomber le gouvernement « pour sortir de l’impasse »