ACTUS LOCALESCOMMUNESEDUCATIONSOCIÉTÉ

Campus connectés : « Aller chercher le maximum de jeunes possible »

 

campus connectés

© Présidence

S’ils ne vont pas à l’université, l’université viendra à eux ! Cinq « campus connectés » vont ouvrir en Polynésie française : le premier à la rentrée prochaine à Raiatea et les quatre autres à la rentrée 2022, à Rangiroa, Nuku Hiva, Tubuai, et Teva i Uta. L’idée étant de mieux mailler le territoire et donner un meilleur accès à la formation.

C’est la nouveauté de la rentrée 2021 : l’ouverture d’un campus connecté à Uturoa, Raiatea. Sur tout le territoire français, on comptait 89 campus connectés en mai 2021. Situés dans des zones éloignées des universités ou de la formation de manière générale, les campus connectés ont encore plus de sens en Polynésie française où 118 îles se partagent un territoire grand comme l’Europe. En répondant à l’appel à projet national « campus connectés », le gouvernement et l’université de la Polynésie française ont saisi l’opportunité d’obtenir un label national et du financement : sur les 300 millions de Fcfp du coût du projet, 138 millions seront financés par le Programme d’investissements d’avenir.

Concrètement, cinq campus connectés que le gouvernement local se plait à appeler « archipels connectés » vont ouvrir sur tout le fenua : le premier à Raiatea en août 2021 et quatre autres à Rangiroa, Nuku Hiva, Tubuai, et Teva i Uta à la rentrée 2022. L’enjeu est de désenclaver les territoires et d’aller chercher le maximum de jeunes possible, comme l’explique Patrick Capolsini, président de l’université.

Campus connectés Raiatea

Voilà à quoi devrait ressembler le futur campus connecté de Raiatea. ©Présidence

Si les élèves ont du mal à aller vers l’enseignement supérieur après leur Bac, l’enseignement supérieur viendra à eux ! L’idée est de leur proposer un enseignement à distance sur certaines formations initiales et sur de la formation continue proposées à l’université, tout en bénéficiant d’un encadrement et d’un espace de travail connecté et équipé. La DGRH, le Grepfoc mais également les maires et les élus communaux pourront également bénéficier de ces espaces, et ses équipements, pour leur formation dispensée avec le Centre de gestion et de formation (CGF) et le Syndicat pour la promotion des communes de Polynésie française (SPCPF). Ce lieu dédié se trouvera dans l’enceinte du lycée de Uturoa à Raiatea, ses horaires seront élargis pour permettre un accès le soir et le week-end. Un animateur et un tuteur accompagneront les élèves en formation. Cette équipe pourra être complétée ponctuellement par des coaches ou des professeurs selon les besoins des élèves. 16 places seront ouvertes à Raiatea à la rentrée 2021 mais l’espace pourra accueillir jusqu’à 25 personnes. D’ailleurs, à Raiatea, les étudiants se languissent de l’ouverture du campus, selon la ministre de l’Éducation, Christelle Lehartel.

La carte de formations disponible pour ces campus connectés sera développée d’année en année. Pour commencer, les étudiants pourront s’inscrire au Diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU), à la Capacité en droit ou encore au DU Passeport pour réussir et s’orienter (Paréo). Les formations continues déjà disponibles en ligne seront proposées. La troisième année (à l’horizon 2023), d’autres formations en enseignement supérieur seront ouvertes en fonction des besoins exprimés par les étudiants dans les îles et des formations adhoc spécifiques seront proposées pour la formation continue. Enfin, la quatrième année (à l’horizon 2024), les campus connectés sur le territoire polynésien s’ouvriront aux formations nationales à la demande de l’enseignement supérieur. Un élève aux Marquises pourra donc suivre une formation dispensée par une université en métropole, tout en restant aux Marquises. L’inverse est également possible, un étudiant à Marseille ou ailleurs en métropole pourra suivre depuis un campus connecté chez lui une formation en ligne proposée par l’université de la Polynésie française. Tout le défi pour l’université de la Polynésie française est de rentrer un maximum de formations initiales sur la plateforme Espadon qui compte déjà de nombreux cours en ligne. Une petite révolution pour les enseignants !

Article précedent

Des vaccins par hélicoptère pour Rapa

Article suivant

Un moniteur et un club de plongée jugés pour le décès d'une Japonaise à Rangiroa

1 Commentaire

  1. Lemdav
    5 mai 2021 à 8h41 — Répondre

    Intéressant toutefois toute personne concernée , parents, et étudiants devrait lire le livre suivant pour agir en connaissance de cause c’est une formidable étude scientifique (qui n’est pas contre le digital) : https://livre.fnac.com/a13506798/Michel-Desmurget-La-fabrique-du-cretin-digital

Laisser un commentaire

PARTAGER

Campus connectés : « Aller chercher le maximum de jeunes possible »