EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Cela fait du bien d’être « dans la Lune » parfois … – Edito 31/01/2018

Cette nuit s’est déroulé un phénomène astronomique rarissime. Une coïncidence céleste qui n’a pas eu lieu depuis 150 ans, la conjugaison de trois événements d’un coup : une « super Lune », une « Lune bleue » et une éclipse lunaire, rien que ça ! Pour vous la faire courte au cas où vous ne sauriez pas à quoi cela correspond, je citerai l’excellent magazine « Sciences et avenir » qui nous apprend ainsi que cette pleine lune semblera notamment 14% plus grosse et 30% plus brillante qu’à l’accoutumée et que la manière dont la terre s’interposera entre elle et le soleil produira des teintes cuivrées allant de l’orange au rouge sombre, raison pour laquelle on l’appelle aussi « Lune de Sang ». Pourquoi la presse mondiale s’empare de l’info pour nous la relayer partout ? Parce qu’il se trouve que les événements astraux fascinent la population. Et ce, bien plus que le discours sur l’état de l’Union de Trump où il se veut à la fois fédérateur mais n’en loupe pas une en mettant de l’huile sur le feu avec l’autre malade de leader Nord-Coréen.

Ainsi, ces éclipses et autres mystères de l’espace sont pourtant et justement l’occasion de nous rendre compte de l’immensité et de la majesté dans laquelle notre planète et ses espèces vivantes s’inscrivent dans un grand tout qu’est l’univers, et nous faire réaliser à quel point nous sommes en fait insignifiants face à cette échelle. En quelque années à peine nous avons quantifié encore davantage les milliers de milliards de galaxies, comptant chacune des centaines de milliards de systèmes solaires et finir aussi par déceler des exoplanètes dans notre propre Voie Lactée. Nous avons aussi par des calculs mathématiques et astronomiques complexes compris que si certains objets de notre propre système ont les particularités gravitationnelles que nous avons décelées c’est parce qu’il existe une 9ème planète qui ne tourne pas sur le même plan que les autres mais nous ne l’avons pas encore trouvée.

Malgré ce chantier colossal que représente le fait de comprendre d’où on vient, de comment la vie a pu naître sur notre monde, si elle existe ailleurs ; au lieu de repousser les limites de la science en cherchant des réponses dans les étoiles dont toute matière est issue, nous perdons un temps fou. Prisonniers de nos croyances et de nos certitudes, enragés que nous sommes à vouloir à tout prix imposer nos modèles de pensée à nos congénères nous avons fait par exemple très fort en gâchant un millénaire entier d’évolution et de progrès avec ce que nous avons appelé le Moyen-Age. Et notre époque actuelle paraît bien fragile tant on sent qu’il suffirait de peu pour que l’on perde pied à nouveau et que l’on retombe dans la pénombre où nous végéterions quelques centaines d’années.

Alors si nous nous sommes bien contenté de regarder la Lune cette nuit, sans la demander non-plus, gageons que nous nous soyons servi nous du spectacle de l’infiniment grand pour nous projeter, nous élever, afin un jour, de pouvoir la décrocher.

Article précedent

Journal de 7:30, le 31/01/2018

Article suivant

Samoussas au thon, curry et tomates

1 Commentaire

  1. Chaval
    2 février 2018 à 5h33 — Répondre

    Je devrais attendre 150 ans avant de revoir le même phénomène…le ciel était chargé de nuages hélas, rien vu. Oui l’homme devrait faire preuve d’un peu d’humilité devant l’immensité de l’univers infini, devant la grande probabilité qu’il n’est pas le seul être pensant (mais pense-t-il vraiment ?) de notre galaxie et il y en a des milliards et des milliards, alors que sommes nous ? Des êtres arrogants, prétentieux, guerriers, manquant d’empathie, ne pensant qu’à s’exterminer esclaves de religions qui ont fait certainement plus de morts que les guerres. Des fourmis, que dis-je, de simples lombrics à la vue de civilisations qui ont des centaines de millions d’années d’avance sur nous. Ils nous observent comme les entomologistes observent les insectes, curieux mais sans vraiment un grand intérêt, ou alors ils sont nos créateurs, nous hominidés espèce génétiquement modifiée par ces extra-terrestres, et ils se posent la question de savoir : « Avons nous fait une erreur?  » au vu du résultat, ils ont certainement oublié d’inclure dans nos cerveaux l’amour de son prochain. Finalement ils ne veulent pas intervenir et ils nous laissent nous débrouiller, ils nous laissent nous exterminer, ils nous laissent mettre de nous même un terme à cette erreur de conception.

Laisser un commentaire

PARTAGER

Cela fait du bien d’être « dans la Lune » parfois … – Edito 31/01/2018