EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Ces machines qui remplacent des humains, à Tahiti aussi ! – Edito 22/01/2018

Je suis allé faire mes courses en grande surface ce week-end, jusque-là rien de transcendant je l’admets. Toutefois pour la première fois je me suis retrouvé face à une machine qui m’a presque fait peur par rapport à tout ce qu’elle implique. Elle était là, à faire des crêpes en veux-tu en voilà, automatiquement. J’étais choqué. Je ne suis pas le dernier de la classe en termes de geekitude, toutefois il y a des avancées technologiques qui peuvent encore me laisser pantois surtout lorsque vous les voyez en fonctionnement sous nos latitudes. Le premier truc qui m’est venu en voyant cette prouesse en action, qui ne loupait aucune crêpe, toutes cuites parfaitement, ça a été de me dire « pauvre crêpier, ton métier est en péril, c’est scandaleux ». Cela m’a ramené avec nostalgie à mes promenades dans les rues de Paris où il m’arrivait de me faire un petit kif en me commandant une crêpe sur le trottoir. Il me plaisait alors de regarder la dextérité du crêpier en échangeant quelques mots avec lui. En voilà donc un qui a du souci à se faire puisque une machine maîtrise son savoir-faire.

Et puis hier je tombe sur un article du journal Les Echos où l’on apprenait que le géant du commerce électronique Amazon venait d’ouvrir son premier supermarché physique entièrement automatisé à Seatle. Plus besoin de faire la queue aux caisses, tout ce que vous mettez dans le chariot est analysé par des caméras, des capteurs et une intelligence artificielle. Lorsque vous partez, c’est directement débité sur le compte que vous avez chez eux et que vous utilisez d’habitude pour le commerce par correspondance. Pauvres agents de caisse, vous aussi votre job est donc en sursis. Cela faisait beaucoup en un week-end mais je me suis amusé à me faire peur. Alors j’ai cherché sur le net ce qui me venait en tête. Tiens le coiffeur par exemple. Et bim, je trouve ! Depuis 2011 Panasonic expérimente des robots capables non seulement de vous faire le shampoing mais aussi de réaliser votre coupe après qu’il ait scanné votre tête, votre tignasse, et qu’il vous ai fait des propositions de style. Dans très peu de temps ils finiront par être commercialisés. Là aussi je ne vous cache pas que l’on risque à terme de drôlement moins échanger avec son coiffeur s’il fonctionne à l’électricité. Et ça risque de faire bizarre à certains tant cela a parfois des vertus thérapeutiques, ça leur remplace un rendez-vous chez le psy.

L’avènement des voitures à conduite automatique risque en outre dans les années à venir de porter aussi un sacré coup aux chauffeurs de taxi ou touristiques. Les bornes de commande et les robots de cuisine eux peuvent bientôt s’avérer cauchemardesques pour tous les employés de fast-food, c’est déjà en train d’être déployé. Alors si dans l’absolu il est vrai qu’on ne peut arrêter le progrès, dans une société qui se déshumanise déjà dans ses rapports physiques au quotidien à cause des réseaux sociaux, le monde de demain dans nos activités courantes risque d’être bien aseptisé. Oh allez, il suffira de chercher du taf dans la matrice, en réalité virtuelle …

Article précedent

La liste #HereFenua de Sandras, Manutahi et Garbet

Article suivant

Journal de 7:30, du 22/01/2018

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Ces machines qui remplacent des humains, à Tahiti aussi ! – Edito 22/01/2018