EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Ces nouvelles technologies qui flinguent notre santé – Edito 31/08/2017

Vous connaissez sans doute l’expression « on n’arrête pas le progrès ». Les nouvelles technologies qui ont changé profondément notre société depuis le début du 20ème siècle nous apparaissent comme autant de démonstrations s’il en faut que l’homme s’est perfectionné et a amélioré son quotidien. On a l’impression qu’il a gagné en confort et en performance. Avec l’invention de la voiture personnelle, le développement du transport aérien, la généralisation des antibiotiques et autres antiviraux, l’âge d’or des télécommunications qui a fait de notre Terre un village planétaire avec la possibilité de se joindre instantanément par la voix, la vidéo, ou les messages, l’humanité a fait un bond.

Mais ce progrès n’a-t-il que du positif ? N’est-ce pas un arbre qui cacherait une forêt. Pour déplacer nos véhicules terrestres, maritimes ou aériens nous sommes devenus dépendant du charbon et du pétrole. Nous avons pollué notre planète jusqu’à nous en rendre malades et mettre en péril la survie des générations futures. L’utilisation des nouvelles technologies au quotidien a en plus fait se développer une ribambelle de maladies qui impactent sur notre qualité de vie. Hier le baromètre 2017 de la santé visuelle d’Opinion Way pour l’association nationale pour l’amélioration de la vue a livré ses résultats, et ils font froid dans le dos. Les férus de smartphones ou de tablettes que sont la génération des 16-24 ans passe quasiment 10 heures par jour à fixer un écran. 41% d’entre eux sont-ils devenus myopes ? On se le demande puisqu’ils ont avoué éprouver des difficultés à voir de loin, ils n’étaient pourtant que 29% l’an dernier. La « fatigue visuelle » a elle doublé en cinq ans et concerne 40% des jeunes contre 23% en 2012. Résultat des comptes : explosion du nombre de jeunes devant porter des lunettes.

Mais cela ne s’arrête pas à la vue, d’autres études ont été menées en ce qui concerne les douleurs aux mains où plus de 22% des troubles musculaires de l’avant-bras seraient dus au travail sur écran. Pareil pour les douleurs à la nuque, au dos, les maux de tête, qui ont explosé ces 30 dernières années de manière exponentielle et cela continue. Le surpoids, les problèmes veineux et même la constipation font aussi partie de la liste de ce qui vous guette en étant trop sédentarisé devant un écran.

Alors que doit-on faire ? Retourner à l’âge de pierre pour mieux se porter ? Evidemment que non. L’idée c’est de savoir à quoi on s’expose, le dire à ceux qui ne le sauraient pas et les aider à ne pas s’abîmer, en apprenant à reposer sa vue et à lâcher son écran pour bouger et profiter de la nature, tant qu’il en reste.

Le progrès on dirait que c’est ainsi devenu le moyen d’inventer des remèdes aux maux qu’il engendre, au lieu de se le figurer comme un élan vertueux, en y regardant de plus près, cela ressemble à un cercle vicieux.

Article précedent

Tauhiti Nena n’est plus président du comité olympique

Article suivant

Football Jeunes : La FTF lance l’opération « MAEVA » 

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Ces nouvelles technologies qui flinguent notre santé – Edito 31/08/2017