EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Ces nuisances sonores qui nous polluent – Edito 29/05/2017

Avec un peu de recul, c’est fou le nombre de choses qu’on encaisse sans broncher alors qu’on ressent de la gêne, et parfois même de la douleur. Je pense notamment à ce que l’on appelle la pollution sonore. Tous ces bruits parasites qui nous empoisonnent l’existence. Le pire c’est qu’il semblerait que certains se complaisent littéralement à en créer.

J’ai ainsi lu ce témoignage de Katya sur Facebook qui n’en revenait pas de l’attitude totalement insolente d’une joggeuse trottinant dans son lotissement avec une enceinte portable en mains, la musique à fond. Elle s’était d’abord demandé ce que c’était, avant de tendre l’oreille et d’entendre cette réponse qui semblait lui être directement destinée : « gros c’est la puissance » (extrait sonore « La puissance » de MHD). Oui mais peut-être un peu trop « puissant » alors … C’est quoi le souci ? Ça n’existe plus les casques ? Les gens partent du principe qu’ils ont le monopole du bon goût musical et veulent l’imposer à tout le monde ?

C’est comme ces hordes de gamins qui se baladent à Papeete en cortèges, par petits groupes calés l’air hagard, dans un état limite hypnotique, derrière celui qui fait vomir la musique de son haut-parleur. Pareil à la plage, dans les transports en commun, partout. Alors des fois on ose quand même leur dire de baisser le son, parfois non. Ce week-end je déjeunais dans un snack où la musique était déjà très forte, et pas spécialement gracieuse, pourtant ça n’a pas empêché un client de s’attabler avec une mini enceinte et de rajouter à la cacophonie ambiante en poussant le son. Là sans vous retourner encore vous vous dîtes que cela ne peut pas être vrai, qu’il doit être en panique car il ne l’a pas fait exprès. Mais non, c’est voulu. Monsieur a envie d’écouter sa musique et de nous en faire profiter parce qu’il la trouve meilleure que celle qui est déjà diffusée. Mais en le faisant il ne l’apprécie même pas et il fait saigner des tympans tous les gens attablés à 5 mètres à la ronde. Alors on laisse passer une minute, puis deux, en se disant, que bon ça a trop duré, que là on va lui dire. Mais comment je lui dis ? Je pète un câble comme j’en ai envie au fond de moi pour lui faire remarquer à quel point il est d’une impolitesse extrême, ou je me retourne avec le sourire, et dans un élan de bienveillance et de self-control je lui demande tout gentiment ? Le temps de se faire tous les scénarios en tête dont ceux où ça se finit en se prenant un pain dans la figure, j’ai eu le temps d’être sourd et lui de se lasser et de baisser.

Si les villes font tout un foin pour la pollution de l’air, elles n’en font manifestement pas suffisamment pour la pollution sonore. Et pas que pour celle causée par la musique trop forte. Pots d’échappements mal réglés, travaux publics, etc, on ne compte plus les sources. Pourtant cette nuisance sonore est la cause de stress et de plusieurs maladies due aux troubles du comportement qu’elle induit, c’est très sérieux et ça « gros », c’est pas la puissance.

Article précedent

JOURNAL DE 07:30 LE 29/05/17

Article suivant

Football – Ligue 1 Vini : Dragon bat Vénus et devient champion 2016-2017

5 Commentaires

  1. Anne
    29 mai 2017 à 18h18 — Répondre

    Encore et toujours une question de civisme…

  2. 29 mai 2017 à 19h48 — Répondre

    Absolument d’accord il y a plus de respect d’autrui,on se croit tout permis, malheureusement ,il n’y a que la répression qui fera changer un peu les choses !

  3. Dadiche
    30 mai 2017 à 9h58 — Répondre

    La législation existe mais n’est pas appliquée. Surtout pas de vague….Le laxisme des autorités fait qu’il y aura de plus en plus de faits dans les journaux où la violence aura répondu aux fauteurs de troubles. Messieurs les maires, vous êtes aussi responsables de la tranquillité de vos concitoyens.

  4. matahiapo
    31 mai 2017 à 9h54 — Répondre

    Pour une fois je suis d’accord avec toi.Nous avons habité au P.K 18 (à cette époque le parking était encore ouvert.Avec les boum-boum c’était intenable ma vahiné a fait 3 stages à l’hôpital pour des malaises sic.Une année cela a duré une semaine NON STOP’jour et nuit.Les vitres tremblaient de partout.Nous avons appelé la gendarmerie …..Quand ils venaient c’était pour boire la bière locale(pas de pub)avec eux.Mais pas pour verbaliser

Laisser un commentaire

PARTAGER

Ces nuisances sonores qui nous polluent – Edito 29/05/2017