EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Ces parents indignes qui brisent leurs enfants – Edito 26/08/2020

C’est terrible d’en arriver à passer ses frustrations sur un gamin. Les violences physiques et psychologiques font des ravages dont il est le plus souvent impossible de se remettre. Ceux qui ne se retiennent pas ne se rendent-ils pas compte qu’ils formatent leur enfant et le conduisent à vivre à côté du destin qui aurait pu être le sien ?

Depuis 20 ans, après des dizaines d’heures à interviewer des psychologues et autres spécialistes du secteur, qui eux-mêmes étalaient dans ces émissions le résumé de centaines d’études qui se rejoignaient toutes, j’ai pu comprendre qu’en effet, maltraiter un petit c’était vicier l’adulte qu’il deviendrait. Et je ne suis qu’un parmi des milliers d’autres à avoir abordé ces sujets. Cela veut donc dire qu’il est impossible pour quiconque à un moment donné de ne jamais en avoir entendu parler.

Ainsi certains parents sont tellement foutus de l’intérieur qu’ils n’en ont rien à faire de risquer de compromettre la vie de leur propre progéniture. C’est réduire à néant l’intérêt que de se reproduire. Ça n’a pas de sens. Quand on engendre la vie, c’est quelque part pour faire perdurer une trace de soi, une sorte de postérité qu’on fait incarner à sa propre engeance. Qu’il s’agisse d’un héritage moral, ou de la simple survivance d’un patronyme ou d’une histoire familiale. Quand bien même l’enfant arriverait par accident, est censé être inscrit dans l’ADN de notre espèce plus que dans celui de n’importe quelle autre, le fait de prendre soin de sa progéniture au péril de sa vie.

Nous sommes donc soi-disant l’espèce la plus intelligente, cependant j’ai eu beau chercher, et je ne demande qu’à être contredit, mais je n’ai trouvé aucune bête qui soit susceptible d’être cruel envers ses propres petits au point de risquer de les affaiblir dans leur développement, notamment s’ils devaient faire face à de quelconques prédateurs. Ce n’est même pas de l’ironie du sort, c’est juste affligeant en fait. Et même si ça existait, on mériterait d’autant plus notre statut d’humain en se différenciant du reste du règne animal.

Dans une société hyper individualisée, où c’est marche ou crève, où les gens sont de plus en plus méchants, cyniques, les uns envers les autres, quelles sont les chances qui sont laissés à ces enfants maltraités afin d’être psychologiquement armés pour faire face à toute forme d’adversité ?

Mais c’est aussi un cycle sans fin, c’est ça le plus dramatique, car bon nombre de ces parents indignes sont le plus souvent eux-mêmes d’ex gamins traumatisés. Ce sont donc tous les témoins potentiels de maltraitances qui jamais ne doivent choisir la facilité du silence, pour dénoncer ce qui peut l’être avant que ce ne soit trop tard.

Article précedent

Journal de 7:30, le 26/08/2020

Article suivant

Covid-19 : 353 dépistages positifs, 9 hospitalisations

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Ces parents indignes qui brisent leurs enfants – Edito 26/08/2020