ACTUS LOCALESSOCIAL

CESC : le projet d’avis qui étrille la réforme des retraites

Radio 1 révèle en exclusivité le contenu du projet d’avis « défavorable » qui sera présenté vendredi matin au Conseil économique, social et culturel (CESC) sur la réforme des retraites proposée par le gouvernement. Un projet qui doit encore être débattu et voté en séance, mais qui propose déjà de rejeter en bloc la quasi-totalité du texte.

C’est ce vendredi matin que le CESC doit rendre son avis très attendu sur le projet de réforme des retraites du gouvernement d’Edouard Fritch. Un avis uniquement « consultatif », mais particulièrement attendu par les partenaires sociaux et par les élus de l’assemblée pour la suite de cette réforme menée à quelques semaines des élections territoriales. A quelques heures de la séance plénière du CESC, Radio 1 révèle le contenu du projet d’avis « défavorable » élaboré par la commission « santé-société » du CESC ces dernières semaines. Les conseillers vont examiner, débattre et voter ce projet d’avis vendredi matin. Il est toujours possible de voter contre ce projet. Mais dans la grande majorité des cas, le texte préparé par la comission est adopté en séance plénière.

Un avis « défavorable » très attendu

Le projet d’avis du CESC reprend globalement les grands arguments adressés par les partenaires sociaux au Pays ces dernières semaines. Rien de surprenant, les syndicats de salarié et le patronat sont largement représentés au sein de l’institution. On retrouve donc premièrement les critiques sur « l’absence de données chiffrées actualisées » dans le texte de la réforme. Deuxièmement, la demande d’une « réforme globale et envisagée à l’échelle de la PSG ». Troisièmement, le projet d’avis demande de tenir compte des recommandations du CESC dans son rapport d’auto-saisine sur la réforme de la PSG du 20 août 2010. Quatrièmement, il regrette que les paramètres de la retraite (âge de départ et durée de cotisation notamment) ne soient pas inscrits dans le projet de loi du Pays et relèvent de simples arrêtés : « le renvoi des décisions en conseil des ministres concourt au manque d’information sur les nouveaux paramètres envisagés ».

Le projet d’avis trouve le COSR « inutile »

Parmi les recommandations, le projet d’avis relaie plusieurs demandes déjà largement exprimées par les partenaires sociaux. D’abord, celle de faire prendre en charge la totalité de l’allocation complémentaire de retraite par le budget de la solidarité du Pays, et non plus par les cotisations salariales. A noter également le refus que les conditions de départ en retraite -âge de départ et durée de cotisation- soient cumulatives. Le projet d’avis recommande ensuite de faire cotiser les CAE et les stagiaires. Enfin, plus inattendu, le projet d’avis estime que la création du Conseil d’orientation et de suivi des retraites (COSR) est « inutile » et qu’il fait doublon avec la comission de retraite de la CPS.

Dans ses conclusions, le projet d’avis indique enfin que le CESC est « conscient de la nécessité de sauver le système de retraite » mais qu’il « maintient » néanmoins « ses observations et recommandations ». Reste à savoir si ces observations et recommandations seront validées intégralement par les conseillers. Réponse vendredi matin.

Article précedent

Football – Programme FTF : Plusieurs compétitions majeures à venir

Article suivant

Répondeur de 6:30, le 12/01/2018

3 Commentaires

  1. Warning sign
    12 janvier 2018 à 6h57 — Répondre

    La solidarité doit s’exercer pour les plus démunis pas pour compléter des retraites de personnes déjà bien dotées. Dans quel monde vivent les syndicalistes ?

  2. TAAHOA
    12 janvier 2018 à 12h44 — Répondre

    Oui alors WARNING SIGN
    Il n’est pas nette ce édouard .. naunau

  3. TEIHO
    16 janvier 2018 à 8h57 — Répondre

    Il serait temps de comprendre que le système des retraites est obsolète et complétement aberrant!y a beaucoup de mauvaise foi! faut prendre sa fiche de paie,vois COMBIEN TU COTISES PAR MOIS(au plus bas combien tu paies?2000f,5000f,10000fpeutêtr,combien d’années de service t’as fait(30,40ans de service)!exemple,pour 5000f de cotisation,c 60000f annuel et si 35ans de sevice tu auras cotisé 2100000f!!il se trouve que si tu n’as cotisé que ça et si tu as la chance de vivre et longtemps,tu peux continuer de toucher ta retraite alors que t’as tout épuisé!je répète faîtes le calcul!et encore y a une 20aine d’années, le smig était plus bas les cotisations plus basses!!avec l’espérance de vie qu’on a actuellement,fo pas s’étonner que la caisse se vide vite avec ce système!beaucoup de retraités(fonctionnaire ou pas) ne devraient plus toucher de pension.La CPS a fait office de « banque »en gardant les cotisations (sans les intérêts)et vous les rendre à votre retraite JUSQU’A LA FIN DE VOTRE vie!c anormal vu le montant de vos cotisations!l’autre façon de toucher sa retraite est le minimum vieillesse à 60ans sans avoir cotisé appelé aussi « moni ruau »qui dépend du PAYS et pas de la CPS!là,fo pas s’étonner qu’un jour toulmond va demander le moni ruau!Le pays remonte la pente difficilement gâce à un Président(même si je vote pas pour lui)du pays doté d’une humilité déconcertante(vu les exigences et ambitions de chacun,les remous sociaux en tout genre))mais d’une fermeté indispensable!

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

CESC : le projet d’avis qui étrille la réforme des retraites