INTERNATIONALPOLITIQUE

C’est historique, le FN est en tête dans au moins six régions

Le parti de Marine Le Pen obtient un score trois fois plus élevé qu’en 2010, lors du premier tour des régionales 2015. La président du FN arrive largement en tête en Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Au niveau national, le FN arrive en tête, avec 30,3% des voix, à l’issue du premier tour des élections régionales, selon les dernières estimations effectuées par l’Ifop. Le parti de Marine Le Pen obtient ainsi un score trois fois plus élevé qu’en 2010. Il se hisse en tête dans au moins six régions. La droite (parti Les Républicains, UDI, Modem et CPNT) arrive deuxième avec 27,1%, le PS et ses alliés (PRG+UDE) troisième avec 22,6%. Dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Marine Le Pen est largement devant, avec plus de 40% des suffrages. Idem pour Marion Maréchal Le Pen en Paca.

Cette élection revêt un caractère exceptionnel à plus d’un titre. Au delà du contexte post-attentats, c’est la première fois depuis 50 ans qu’un scrutin a lieu en décembre. Et c’est la première élection depuis la création des treize nouvelles grandes régions. Le taux d’abstention serait autour de 50%, selon les estimations.

>> Les informations à retenir : 

– Le FN arrive en tête au niveau national, et dans au moins six régions, selon les premières estimations

– La droite suit, avec 27,2%, devant le PS avec 22,7%

– Marine et Marion Maréchal Le Pen arrivent largement devant

– Le taux d’abstention s’élèverait à environ 50%

– Nicolas Sarkozy a déjà écarté toute idée de « front républicain » face au FN

  • Le FN en tête, les Le Pen largement devant 

Les sondages avaient vu juste, en tout cas pour l’ordre. Au niveau national, le FN arrive bien en tête, avec 30,3% des voix, à l’issue du premier tour, selon les dernières estimations effectuées par l’Ifop. La droite (parti Les Républicains et UDI) suit derrière avec 27,1%. Le PS, troisième, résiste toutefois mieux que prévu, avec 22,6%. « Le mouvement national est désormais sans conteste le premier parti de France », s’est réjouie Marine Le Pen après les premiers résultats.

Le Front national est ainsi arrivé en tête dans six régions, selon les estimations des instituts de sondages. Le parti de Marine Le Pen est en tête dans le Nord-Pas-de-Calais/Picardie, en Paca, en Alsace/Lorraine/Champagne Ardenne, Centre-Val-de-Loire, Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées et en Bourgogne/Franche-Comté.

 

En Nord-Pas-de-Calais-Picardie (NPDCP), la dirigeante frontiste obtient 41% des voix selon l’Ifop, devant les listes des candidats LR Xavier Bertrand (24,6%) et PS Pierre de Saintignon nettement sous les 20% (18,2).

 

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, sa nièce Marion Maréchal-Le Pen obtiendrait 41,7%, loin devant le maire de Nice Christian Estrosi 24,5% et le socialiste Christophe Castaner (18,1%).

 

 

  • Le Drian largement en tête en Bretagne

 

Le candidat PS, par ailleurs ministre de la Défense, obtient presque 35% des suffrages au premier tour des régionales en Bretagne, devant son rival de droite Marc Le Fur. La Bretagne résiste plus que les autres régions à la montée du FN : la liste menée par Gilles Pennelle arrive loin derrière avec 18%.

« J’ai regardé l’ensemble des résultats consolidés ce qui fait le rapport de forces entre la gauche, la droite et l’extrême droite. Si je regarde ce rapport de force, le total de la gauche, qu’on disait en difficulté, doit dépasser les 36% et en fait le premier parti de France », a pour sa part déclaré le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, lançant « un appel au rassemblement de la gauche » pour le deuxième tour.

  • Une abstention autour de 50%

Côté participation, selon l’Ifop, elle s’élevait à 20h à 50,5%, soit environ trois points de plus qu’en 2010.

  • Y aura-t-il des « fronts républicains » ?

60% des Français souhaitent que le PS ne se maintienne pas au second tour des élections régionales ou fusionne avec les listes de droite, dans les régions où il arriverait en 3e position derrière la droite et le FN, selon un sondage Odoxa publié vendredi. C’est également l’avis du Premier ministre Manuel Valls. Mais c’est loin d’être l’avis de tout le monde au PS. Les décisions sont difficiles à prendre, le retrait d’une liste signifiant pour un parti de n’avoir aucun élu au conseil régional pendant près de six ans. A 21h30 dimanche, le PS doit réunir un bureau national extraordinaire, après avoir consulté ses partenaires et têtes de listes, puis faire connaître sa position.

Pour sa part, Nicolas Sarkozy (président du parti LR) y a tout de suite fermé la porte. « Je proposerai demain à notre Bureau politique de refuser toute fusion et tout retrait de liste », a-t-il déclaré dimanche soir, appellant à « se mobiliser en faveur de la seule alternance possible: celle incarnée par les républicains de la droite et du centre ».

Source : Europe1

Article précedent

Régionales : Cambadélis annonce le retrait des listes PS en Paca et dans le Nord

Article suivant

Hura Tapairu : mafatu no Porinetia - Edito 06/12/2015

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

C’est historique, le FN est en tête dans au moins six régions