ACTUS LOCALESECONOMIE

Cherche entreprises pour ex-terrains militaires à Mahina

© Valentine Bluet

La commune de Mahina est quasiment propriétaire des terrains militaires qui hébergeaient dernièrement le RSMA. Les décrets de rétrocession ont été signés le 2 mai dernier. Jeudi matin, le maire, Damas Teuira, a donc appelé les porteurs de projet à se faire connaître avant le 20 juin, afin de définir clairement ce que sera le futur site d’activités économiques.

Le 2 mai dernier, le Président de la République, Emmanuel Macron, a signé les décrets de cession des anciens terrains militaires à de nouvelles communes polynésiennes. La commune de Mahina est donc maintenant propriétaire des 5 hectares de l’ancien Régiment du service militaire adapté (RSMA). « Il reste encore quelques actes notariés, mais d’ici septembre la commune sera totalement propriétaire », a indiqué jeudi matin le chef des subdivisions administratives des îles du Vent, Raymond Yeddou. Dans le cadre du contrat de redynamisation des sites de défense (CRSD), l’Etat accompagne les communes en finançant les phases d’études. Mahina récupère ainsi la plus grosse partie des derniers 22 hectares restitués par l’Etat à plusieurs communes. Une opportunité foncière intéressante pour la commune, mais pas question pour autant d’y mettre n’importe quoi. La priorité reste les besoins des habitants, comme l’explique Raymond Yeddou.

Ces terrains sont destinés à devenir une zone d’activités économiques mixtes, avec des entreprises privées et des services de la commune. Le maire de la commune, Damas Teuira, a donc lancé un appel aux porteurs de projets qui souhaiteraient venir s’installer sur ces terrains. « Nous n’avons pas d’a priori sur les projets » explique le tavana « mais il faut qu’ils soient créateurs d’emplois et qu’ils respectent l’environnement ». Déjà une quinzaine d’entreprises se sont présentés spontanément, parmi lesquelles la Charcuterie du Pacifique.

Autre priorité, et non des moindres, la création d’emplois. « Le projet doit correspondre aux besoins en terme d’emploi de la commune, puisque l’on veut ramener la perte occasionnée par le départ du RSMA », explique Damas Teuira. L’objectif est donc fixé à 80 emplois. Pour autant, la commune ne souhaite pas créer une énième zone industrielle comme l’explique le chef de projet de la commune, Tamatoa Taurua.

Les porteurs de projets, entreprise et start-up, ont jusqu’au 20 juin pour se faire connaitre auprès de la commune à l’adresse : [email protected]. A cette date, la commune et son bureau d’étude, Egis Conseil, se réuniront pour définir la formule juridique de la zone en fonction des demandes et besoins des porteurs de projets. A noter que dans le cadre du CRSD, les communes ont 15 ans pour réaliser les projets.

Article précedent

Le retour des courses de chevaux du Heiva

Article suivant

Boxe : Tefana Boxing ramène une médaille d’argent et de bronze des Océania Jeunes de Samoa

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Cherche entreprises pour ex-terrains militaires à Mahina