INTERNATIONAL

Cisco sabre 5.500 emplois pour mieux se recentrer sur les services

San Francisco (AFP) – L’équipementier en télécoms américain Cisco va supprimer jusqu’à 5.500 emplois, soit 7% de ses effectifs, pour accélérer son recentrage vers des marchés porteurs comme les objets connectés ou les services informatiques dématérialisés (cloud).

Le plan de restructuration annoncé mercredi va permettre « d’optimiser notre base de coûts dans les zones à faible croissance de notre portefeuille » d’activités, explique le groupe dans un communiqué. 

Il dit notamment vouloir réinvestir les économies ainsi réalisées « dans des domaines prioritaires comme la sécurité, les objets connectés, la prochaine génération de centres de données ou le cloud ».

Les coupes vont commencer durant le trimestre entamé début août, le premier de l’exercice décalé de Cisco.

Sur son précédent exercice clos fin juillet, le groupe a dégagé un bénéfice net de 10,7 milliards de dollars, en hausse de 20% sur un an, selon des résultats publiés parallèlement mercredi.

Pour le seul dernier trimestre, la hausse atteint 21% à 2,8 milliards. Le bénéfice trimestriel par action, qui sert de référence à Wall Street, a en outre dépassé les attentes des analystes à 63 cents. 

Le chiffre d’affaires a en revanche stagné à 49,2 milliards sur l’ensemble de l’année, et reculé de 2% à 12,6 milliards au quatrième trimestre.

Cisco a notamment vu ralentir les commandes passées par des prestataires de services (-5%) et sur les marchés émergents (-6%). A l’échelle de l’ensemble du groupe, elles restent quand même en hausse de 1% au quatrième trimestre 

– Pari sur le cloud –

Confronté à un ralentissement dans ses activités traditionnelles comme les routeurs pour les réseaux télécoms, dont les revenus ont encore reculé de 6% au quatrième trimestre, Cisco s’efforce depuis plusieurs années de se réorienter sur des secteurs à plus forte croissance.

Il affiche ainsi entre autres des revenus en hausse de 16% ce trimestre dans sa branche de services de sécurité, et de 5% dans les services. 

Le groupe s’efforce aussi d’augmenter la part de ses revenus récurrents, tirés d’abonnement pour des services ou des logiciels, par rapport à ses ventes d’équipements. Ils représentent aujourd’hui 28% du chiffre d’affaires total, contre 25% il y a un an.

Pour aider sa transition, Cisco a beaucoup misé sur des acquisitions comme celle, plus tôt cette année, de la société spécialisée dans les services pour objets connectés Jasper pour 1,4 milliard de dollars.

Cisco avait toutefois également annoncé plusieurs vagues de suppressions d’emplois entre 2011 et 2014, totalisant 17.800 postes.

Les nouvelles coupes étaient attendues, mais se sont avérées moins importantes que prévu: le site internet spécialisé dans les informations sur le secteur technologique CRN avait en effet évoqué jusqu’à 14.000 postes.

Cisco n’est pas le seul acteur historique du secteur informatique américain soumis à une adaptation douloureuse face aux mutations du marché.

Le spécialiste des puces informatiques Intel, qui cherche à s’adapter à la crise du PC en se réorientant lui aussi vers les objets connectés et les centres de données, avait notamment décidé de supprimer 12.000 postes en avril.

Egalement ébranlé sur le marché du PC, le géant des logiciels Microsoft avait en outre tiré les conclusions de ses erreurs dans les smartphones avec un plan social historique durant l’été 2014, qui avait affecté 18.000 postes dont 12.500 chez Nokia. Et il a annoncé un total de 12.500 coupes supplémentaires dans les deux années suivantes. 

Microsoft a en revanche réussi à s’imposer comme le deuxième grand acteur mondial pour les services de cloud derrière Amazon, loin derrière d’autres acteurs comme IBM ou le géant internet Google, qui s’efforce depuis plus récemment de monter en puissance dans les services à destination des entreprises.

Sur le trimestre en cours, Cisco dit s’attendre à une évolution de son chiffre d’affaires comprise entre un nouveau déclin de 1% et une croissance de 1%, pour un bénéfice par action de 58 à 60 cents. Les analystes visaient jusqu’ici le haut de cette fourchette.

Dans les échanges électroniques suivant la clôture de la Bourse de New York, l’action Cisco perdait environ 1% vers 21H50 GMT.

Cisco veut réaliser des économies pour investir dans les objets connectés ou le cloud. © AFP

© AFP/Archives NICHOLAS KAMM
Cisco veut réaliser des économies pour investir dans les objets connectés ou le cloud

Article précedent

Le terrorisme islamiste, sujet du prochain film des frères Dardenne

Article suivant

Pêches et tomates en grandes surfaces: le prix n'est pas forcément gage de qualité (étude)

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Cisco sabre 5.500 emplois pour mieux se recentrer sur les services