INTERNATIONAL

Clinton et Trump courtisent frénétiquement les derniers indécis

Pittsburgh (Etats-Unis) (AFP) – A quatre jours du vote final, les deux candidats à la Maison Blanche arpentaient vendredi les Etats clés de l’élection –trois chacun– afin de persuader les derniers électeurs indécis, qui tiennent le sort des Etats-Unis entre leurs mains.

Hillary Clinton et Donald Trump cherchent chacun à faire monter les enchères, face à la cacophonie de sondages parfois contradictoires, et en tout cas serrés.

Après avoir passé les derniers jours à dénoncer ce qu’elle estime être le sexisme, l’intolérance et l’impréparation à la fonction suprême du milliardaire, l’ancienne secrétaire d’Etat de 69 ans s’en est pris vendredi à son passé d’homme d’affaires et de promoteur immobilier.

A Pittsburgh, précédée sur scène par le milliardaire Mark Cuban, elle a exhumé des accusations de discrimination au logement ou de vieilles factures non payées par Donald Trump, en l’étrillant sur l’opacité de ses finances personnelles.

« Le choix ne pourrait pas être plus clair », a-t-elle lancé devant environ 2.500 personnes dans ce bastion démocrate de Pennsylvanie. « Allons-nous construire une Amérique plus forte et plus juste, ou avoir peur les uns des autres, et de l’avenir? »

« Donald Trump veut une économie qui lui profite », a-t-elle accusé, affirmant que les baisses d’impôts proposées par le candidate feraient gagner des milliards de dollars à sa famille.

« Imaginez l’impact sur notre économie d’élire quelqu’un qui a bâti sa carrière sur le dos des travailleurs et des entreprises qu’il a asphyxiés », a asséné Hillary Clinton.

Le suspense côté sondages concerne une douzaine d’Etats clés, où les deux camps concentrent leurs déplacements. Hillary Clinton y domine dans une majorité de sondages récents, mais certains donnent des sueurs froides aux démocrates.

« Ce n’est pas juste, elle est tellement compétente », s’inquiète Rachel Zeolla, 27 ans, à Pittsburgh. « C’est affolant que Trump soit arrivé aussi loin ».

Après la cité de l’acier, Pittsburgh, Hillary Clinton s’envolera vers Detroit, dans le Michigan, et Cleveland dans l’Ohio.

– ‘Curer le marigot’ – 

Donald Trump, 70 ans, qui n’a jamais été élu de sa vie, passera également une partie de la journée dans son Boeing 757, avec trois Etats très disputés sur son itinéraire: New Hampshire, Ohio et Pennsylvanie.

Il exploite la relance de l’enquête du FBI sur le serveur privé de l’ancienne chef de la diplomatie, il y a une semaine, et a évité soigneusement toute la semaine tout dérapage, savourant sa remontée dans les enquêtes d’opinion et prédisant une surprise dans les urnes mardi prochain.

« Hillary est prise dans une vaste entreprise criminelle », a-t-il lancé à Atkinson, dans le New Hampshire, un Etat qui jusque récemment semblait assuré à la candidate démocrate.

« Mon contrat avec les électeurs américains commence par mettre fin à la corruption publique, qui est partout », a déclaré Donald Trump.

« Quand nous l’emporterons le 8 novembre, nous irons à Washington et nous curerons le marigot! » a-t-il promis, répétant ce qui est devenu le slogan de sa fin de campagne.

Une phrase reprise en coeur par ses nombreux partisans.

– Paillettes pour Clinton –

La clé pour Hillary Clinton consiste à maximiser la participation des électeurs qui ont formé la « coalition Obama »: Noirs, Hispaniques et jeunes.

Or les Noirs votent à ce stade moins qu’en 2012, selon les chiffres de participation du vote anticipé en Caroline du Nord et en Floride.

Pour débloquer ce réservoir de voix, Hillary Clinton, réputée pour son sérieux face à un rival issu du monde de la téléréalité, a mobilisé beaucoup de paillettes et de célébrités.

Après Pharrell Williams jeudi, elle sera aux côtés du rappeur Jay Z et peut-être de sa femme Beyoncé, selon CBS, qui se produiront dans un concert gratuit vendredi soir à Cleveland, avant Katy Perry samedi à Philadelphie.

Autre image puissante lundi soir, veille du scrutin, Hillary et Bill Clinton s’afficheront avec le couple Obama dans un grand meeting à Philadelphie.

Epaulée par un Barack Obama en grande forme, la démocrate se targue d’être son héritière et a salué à cet égard vendredi la baisse du chômage, quand Donald Trump dénonce au contraire le bilan du président sortant.

« Personne ne croit les chiffres. Les chiffres sont bidons », a assuré le républicain vendredi.

Au milieu de ces échanges: des Américains indécis après une campagne marquée par un niveau de violence verbale sans précédent.

Au meeting de Donald Trump dans le New Hampshire, à l’évocation de l’affaire des emails d’Hillary Clinton, un homme dans l’auditoire a crié: « Exécutez-la! »

Hillary Clinton et Donald Trump donnent vendredi le coup d'envoi du dernier week-end de mobilisation de la campagne présidentielle américaine. © AFP

© AFP/Archives JEWEL SAMAD, JEFF KOWALSKY
Hillary Clinton et Donald Trump donnent vendredi le coup d’envoi du dernier week-end de mobilisation de la campagne présidentielle américaine

b8d0ea057d0cc52f309076cd4a2b9a5f57b60acc
Article précedent

Un surveillant pris en otage par un détenu à la maison d'arrêt de Dijon (ministère Justice)

07f41b9f2a7cb53afc36d2562c91551c5c5757ba-3
Article suivant

Les forces irakiennes face à la "résistance féroce" de l'EI dans Mossoul

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Clinton et Trump courtisent frénétiquement les derniers indécis