INTERNATIONAL

Clinton et Trump dans une course frénétique pour convaincre les derniers indécis

Pittsburgh (Etats-Unis) (AFP) – Les candidats à la Maison Blanche se sont lancés dans une course frénétique pour mobiliser et convaincre ce week-end les derniers indécis d’une présidentielle inédite par la violence des attaques personnelles, dont l’issue mardi s’annonce serrée.

A coup de célébrités pour la studieuse Hillary Clinton et de discours plus tempérés pour l’impétueux Donald Trump, les prétendants à la fonction suprême semblaient adopter des stratégies inversées pour gagner le sprint face à la cacophonie des sondages.

« Ca passe ou ça casse », avait lancé il y a quelques jours la candidate démocrate de 69 ans, dont l’avance face à son rival s’est réduite dans les sondages depuis la relance de l’enquête du FBI sur son serveur privé quand elle était chef de la diplomatie.

Le suspense côté sondages concerne surtout une douzaine d’Etats clés, où les deux camps concentrent leurs déplacements. La démocrate y domine dans une majorité de sondages récents, mais des résultats contradictoires laissent les commentateurs perplexes.

Celle qui pourrait devenir la première femme présidente des Etats-Unis, ne tiendra pas moins de trois réunions publiques vendredi en Pennsylvanie, dans le Michigan et dans l’Ohio.

Son rival républicain Donald Trump, 70 ans, qui n’a jamais été élu de sa vie, tiendra aussi trois meetings dans des Etats disputés: New Hampshire, Ohio et Pennsylvanie.

– Paillettes pour Clinton –

La clé pour Hillary Clinton consiste à maximiser la participation des électeurs qui ont formé la « coalition Obama »: Noirs, Hispaniques et jeunes.

Or les Noirs votent à ce stade moins qu’en 2012, selon les chiffres de participation du vote anticipé en Caroline du Nord et en Floride.

Donald Trump, lui, cherche à déjouer les pronostics en dopant l’enthousiasme de son coeur d’électorat, les hommes républicains et notamment les sans-diplômes.

Pour débloquer le réservoir des voix des minorités et des jeunes, Hillary Clinton, réputée pour son sérieux face à un rival issu du monde de la téléréalité, a mobilisé beaucoup de paillettes et de célébrités.

Après Pharrell Williams jeudi, elle sera aux côtés du rappeur Jay Z et de sa femme Beyoncé qui donneront un concert gratuit vendredi soir dans l’Ohio, avant Katy Perry samedi en Floride.

« Nous sommes Noirs! Magnifique! Si on vous a qualifiés de minorité une fois dans votre vie (…) allez voter pour montrer à tout le monde que vous êtes en fait la majorité », a lancé le chanteur de « Happy » jeudi soir à Raleigh en Caroline du Nord.

Autre image puissante lundi soir, veille du scrutin, Hillary et Bill Clinton s’afficheront avec le couple Obama dans un grand meeting à Philadelphie.

Epaulée par un Barack Obama en grande forme, la démocrate se targue d’être son héritière et a salué à cet égard vendredi la baisse du chômage, quand Donald Trump dénonce au contraire le bilan du président sortant.

– Retenue chez Trump –

A l’inverse, le milliardaire populiste, ex star du jeu de téléréalité « The Apprentice » a semblé ces derniers jours modérer ses discours et raréfié ses invectives.

« Gentil et calme. N’est-ce-pas? Reste concentré, Donald », s’est conseillé à voix haute Donald Trump mercredi, savourant sa récente remontée dans les sondages, et persuadé de surprendre l’Amérique et le monde mardi.

Sa femme Melania a tenu un rare discours jeudi affirmant que la politique était devenue trop « méchante », quand son mari a été accusé de beaucoup d’outrances.

Depuis des jours il prévient que le 8 novembre sera la dernière chance pour « curer le marigot » de Washington et tourner la page d’un système gangrené par les groupes d’intérêts et la collusion des élites politico-économiques.

Il brandit l’affaire des emails d’Hillary Clinton pour dénoncer la corruption supposée et l’inaptitude de l’ancienne secrétaire d’Etat.

Mme Clinton rappelle elle à chaque étape les propos sexistes de Donald Trump, exhortant les électeurs à imaginer une Amérique qui prendrait le milliardaire comme modèle. 

« La meilleure façon de répudier l’intolérance et les vantardises et le harcèlement et les discours de haine et la discrimination, c’est de battre le record de participation de l’histoire des Etats-Unis », a-t-elle lancé jeudi à Raleigh.

Barack Obama adopte le même message apocalyptique, affirmant que l’élection pouvait changer « le cours de l’histoire ». « (Donald Trump) c’est quelqu’un qui endommagerait notre démocratie. »

Au milieu de ces échanges: des Américains indécis après une campagne inédite marquée par la violence des attaques et qui monopolise les médias américains depuis plus d’un an et demi.

Frank Behum, ancien ouvrier de l’aciérie géante de Bethlehem en Pennsylvanie, avoue qu’il devra choisir entre le « moins pire des deux » candidats.

Hillary Clinton et Donald Trump donnent vendredi le coup d'envoi du dernier week-end de mobilisation de la campagne présidentielle américaine. © AFP

© AFP/Archives JEWEL SAMAD, JEFF KOWALSKY
Hillary Clinton et Donald Trump donnent vendredi le coup d’envoi du dernier week-end de mobilisation de la campagne présidentielle américaine

5e17a6f3e367aa305217e94241309f772afd3ada-1
Article précedent

Turquie: les chefs du principal parti prokurde en détention

389f900ac07cbfe25df5f68b4b632e6fdf35e879
Article suivant

13 novembre: un an après, le Bataclan va "revivre" avec Sting

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Clinton et Trump dans une course frénétique pour convaincre les derniers indécis