ACTUS LOCALESECONOMIETOURISMETRANSPORTS

Comme un avion sans ailes

L’État a présenté mardi son plan d’aide au secteur de l’aéronautique d’un montant de 1 800 milliards de Fcfp, dont 840 milliards promis à la compagnie aérienne Air France. Le Syndicat des compagnies aériennes autonomes, dont font partie Air Tahiti Nui et Air Tahiti, a fait part dans un communiqué de son indignation quant au fait que seule la compagnie Air France bénéficie du soutien de l’État suite à la pandémie.

L’État a présenté mardi son plan d’aide au secteur de l’aéronautique, d’un montant de 1 800 milliards Fcfpdont 840 milliards Fcfp promis à la compagnie aérienne Air France. Quant aux autres compagnies, ils bénéficieront d’un moratoire d’un an pour rembourser leurs emprunts auprès des banques afin de ménager leur trésorerie.

Ce plan d’aide au secteur aérien a fait réagir le Syndicat des compagnies aériennes autonomes (Scara) qui estime dans un communiqué que l’État a décidé d’abandonner en pleine crise les compagnies aériennes autres que Air France.

« En décidant de limiter son soutien aux seules industries du groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas) et à Air France, c’est tout un pan de la chaîne de valeur du transport aérien (…) sans oublier en premier lieu toutes les compagnies aériennes non Air France que l’État a décidé d’abandonner en pleine crise covid-19. (…) »

Pour le Scara, « ce choix assumé de l’État, de soutenir la seule compagnie Air France au détriment des toutes les autres compagnies aériennes françaises conduit à une distorsion de concurrence inacceptable (…) Cette décision a deux conséquences immédiates : elle va accélérer le mouvement de disparition des compagnies aériennes françaises déjà sévèrement attaquées par une concurrence étrangère qui bénéficie d’un environnement social et fiscal bien moins contraignant dans leur pays de rattachement ; elle va également accélérer la perte d’emplois qualifiés en France dans toute une branche industrielle essentielle au développement économique du pays et de ses régions. »

 

Article précedent

Neuf entreprises sur dix fragilisées par la crise

Article suivant

Sélection A | Les entraînements ont repris

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Comme un avion sans ailes