EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Conflit nucléaire : la Polynésie ne serait pas à l’abri – Edito 01/09/2017

Je ne voudrais surtout pas vous plomber votre week-end mais hier j’ai entendu un commentaire à propos de l’imminence potentielle d’une 3ème guerre mondiale qui m’a fait bondir. En substance on serait tellement loin de tout que si un conflit nucléaire éclatait on serait tranquille. En creusant un peu à droite à gauche je me suis rendu compte que nombreux étaient ceux qui le pensaient. Et bien, je suis au regret de vous annoncer qu’en fait, nous ne sommes pas du tout, mais alors pas du tout, à l’abri.

Evidemment que je ne vous parle pas du risque de se recevoir un missile dans la figure, nos cousins d’Hawaï ont eux plus de souci à se faire à ce niveau-là puisqu’ils seraient dorénavant à portée du régime nord-coréen de ce grand malade qu’est Kim Jong Un. Il est toutefois extrêmement important de réaliser que sans être directement visée la Polynésie française subirait lourdement les dommages collatéraux d’un conflit où serait libérée la puissance de l’atome.

Commençons par le B A BA, les retombées radioactives. Transportées par les vents, nous n’aurions qu’un sursis de quelques mois, 6 tout au plus, avant qu’elles ne nous atteignent. Toutefois avant de parler des effets qu’elles auraient sur nous et comment s’en protéger, il faudrait déjà avoir survécut jusqu’à ce moment-là. Pourquoi ? Tout simplement parce que nous serions sans aucun doute coupés du monde. Plus aucun transport aérien ou maritime. Si plusieurs charges nucléaires échangées entre différents pays explosaient à quelques minutes d’intervalles, la quantité de poussières soulevées serait gigantesque et formerait un manteau autour de notre planète dans la haute atmosphère empêchant les rayons du soleil de passer. Ce serait le début de ce que l’on appelle l’hiver nucléaire. Chute des températures, plus aucune agriculture possible, panique et famine partout. Quasiment instantanément la nature profonde de l’homme dictée par son instinct de survie se ferait jour au milieu de ce cataclysme, : ce serait l’ensauvagement des populations pour trouver le meilleur abri, s’accaparer des sources de nourriture ou d’énergie.

Aussi s’il n’est évidemment pas question de tomber dans le survivalisme en creusant des bunkers et en commençant à faire des réserves en prévision de l’effondrement prochain de notre société, il est bon toutefois de cesser de s’imaginer qu’on survivrait dans le dernier paradis terrestre. Ce qui se passe actuellement avec la Corée du Nord est très grave. Ils viennent de faire survoler le Japon à un de leur missile intercontinental. Que la Chine monte le ton ces 24 dernières heures en précisant qu’elle n’accepterait pas qu’un conflit armé survienne près de ses frontières qui que soient les opposants, ou encore que la Russie ferme un consulat à San Francisco rajoute au vacarme ambiant. Les prémisses d’un conflit mondial sont là, en fonction de vos convictions, croisez les doigts ou priez, car nous ne serions pas épargnés. Bon week-end quand même …

Article précedent

« Nuutania retrouve des conditions de détention correctes »

Article suivant

Arbitrage: Les instructeurs polynésiens en formation à Auckland

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Conflit nucléaire : la Polynésie ne serait pas à l’abri – Edito 01/09/2017