EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Contraception et désinformation – Edito 26/09/2017

Ce mardi 26 septembre nous célébrons la journée mondiale de la contraception. Les chiffres font encore froid dans le dos, en France un quart des jeunes entre 15 et 24 ans ont leur première relation sexuelle sans moyen contraceptif. Au Fenua c’est kif kif même si entre nous on pourrait se demander si ce n’est pas pire. On en voit quand même beaucoup de ces jeunes filles qui ont déjà le ventre rond avant même d’avoir décroché leur bac. Des légions d’ados se refilent des maladies sexuellement transmissibles comme la Syphilis ou la Gonorrhée.

L’utilisation du préservatif est pourtant largement accessible. On en trouve gratuitement dans les dispensaires – pour parler de ce moyen-là – et certaines marques qui ne s’encombrent pas de marketing à outrance en jouant sur les couleurs ou les goûts sont disponibles à très bas prix en pharmacie. On m’a même rapporté qu’à l’infirmerie de nombreux lycées on pouvait s’en procurer pour rien.

Mais alors qu’est-ce qui cloche dans ce cas là ? J’ai donc posé la question à quelques ados. On me parle du plaisir que l’on ne veut pas gâcher, des maladies sexuellement transmissibles « graves » dont on serait épargné à Tahiti comme par magie, surtout entre jeunes qui n’ont pas ou peu d’expérience intime. On m’a livré aussi d’autres méthodes pour éviter que la copine ne tombe enceinte même sans utiliser de préservatif ou la pilule, c’est un peu cru, vous vous doutez desquelles il s’agit, je vais ainsi vous éviter d’avoir des conversations prématurées sur le sujet avec les plus petits qui sont sur le siège arrière de la voiture au moment où vous m’écoutez et dont les oreilles sont encore heureusement chastes …

Bref on dirait qu’ils évoluent dans une espèce de monde abstrait cotonneux où les bons réflexes font jeu égal avec des croyances sur lesquelles ils s’appuient en toute bonne foi alors qu’elles reposent sur des légendes urbaines. Le vrai et le faux cohabitent dans une cacophonie d’idées reçues parce qu’en fait ils sont tout simplement très mal informés. A force d’avoir diabolisé hypocritement un sujet ô combien important comme la manière la plus saine et responsable d’aborder leur sexualité, de continuer à se complaire dans une pseudo pudeur judéo-chrétienne de circonstance qui à notre époque à tous les atours de l’irresponsabilité et de la mise en danger de la vie d’autrui, les voilà majoritairement perdus et livrés à eux-mêmes.

Pourtant encadrer de manière rassurante, simple et efficace les jeunes générations dans cette découverte de leur corps et de son potentiel à engendrer la vie, à privilégier la quête de l’amour au-delà des interdits, c’est ça qui devrait être notre crédo, car c’est le contraire qui fait honte paie.

Article précedent

Crossfit : Yves Tehau leader de la Meute Polynésienne au Alpha Games 2017

Article suivant

replay A vous la parole - journée mondiale de la contraception - 26/09/2017

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Contraception et désinformation – Edito 26/09/2017