ACTUS LOCALESSANTÉ

Coronavirus : 35 cas à ce jour

Ce dimanche 29 mars à 16 heures, le décompte des cas confirmés de coronavirus est de 35, un de plue que la veille. Un patient supplémentaire a été brièvement hospitalisé.

À ce jour, le nombre de dépistages est de 413, soit 22 plus que samedi.

Le nouveau cas, indique la Direction de la santé, est localisé sur la zone urbaine.  » Ce nouveau cas hospitalisé devrait sortir dans la journée et être isolé à domicile. »

La répartition est donc la suivante : Tahiti : 31 ; Moorea : 3 ; Rangiroa : 1.

 

La patiente de Rangiroa ramenée à Tahiti

Pour le cas de Rangiroa, l’opération d’évacuation sanitaire a été lancée. La patiente a été prise en charge par une équipe médicalisée d’urgence, ce dimanche, pour un rapatriement par un vol affrété de la compagnie Air Archipels. Elle ne présente pas de symptômes graves pour l’instant. Elle sera confinée à son arrivée à Tahiti. Du matériel d’intervention déposé par la mission médicalisée est venu renforcer les moyens du dispensaire de l’île.

« Apparition de tensions liées aux différentes addictions » 

Le numéro de téléphone spécial – 444 789 (7 jours /7 jours 8:00-18:00)continue son service et souligne l’apparition de tensions liées aux différentes addictions, indique aussi la Direction de la santé.

Le service d’addictologie de la direction de la santé (CCSAT) se tient dès lundi à la disposition des personnes en difficulté dans la gestion des addictions diverses (alcool/drogue). Ses coordonnées : 40 46 00 47. Horaires : 8:00/18:00

Avec communiqué.

Article précedent

Le dernier vol commercial s'est envolé, mais Faa'a "n'est pas en sommeil complet"

Article suivant

Terrine de poisson au pota

2 Commentaires

  1. Iritahua
    30 mars 2020 à 8h23 — Répondre

    Punaauia a battu le record, aucun contrôle de la police. Les jeunes se rassemblent à la plage en face du magasin W.E.

  2. Motook
    30 mars 2020 à 9h54 — Répondre

    Interdiction de vente d’alcool pour éviter les violences conjugales, mesure contre productive. Pourquoi ? Pour ce qui est de personnes en dépendance vis à vis de l’alcool, imaginez la personne confinée chez elle avec ses proches lorsque survient la crise de manque. Au contraire, je crois que cette interdiction vient renforcer les problèmes familiaux et ceux de violence conjugale.
    Pour ce qui est des personnes non dépendantes à l’alcool qui boivent une petite bière de temps en temps devant la télé, les priver de ce plaisir rend leur confinement encore moins supportable. Et pour ceux qui font la bringue malgré l’interdiction, ils trouveront toujours un moyen de se procurer de quoi étancher leur soif, soit via des filières clandestines soit en fabricant eux même leur alcool.
    Alors au lieu de pénaliser tout le monde, ne vaudrait-il pas mieux sanctionner durement ces inconscients ?
    Un verre de vin au moment des repas ou une petite bière après le travail, ce n’est pas ce qui va augmenter le nombre d’alcooliques.
    En métropole et dans les DOM/TOM, aucune mesure d’interdiction n’a été prise à ce sujet, alors pourquoi chez nous ? Sommes nous encore des citoyens entièrement à part, en majorité alcooliques.
    Et vous messieurs les décideurs, je pense que votre cave est déjà largement approvisionnée et que vous ne buvez pas que de l’eau lors de vos repas de crise…

Répondre à Iritahua Annuler la réponse.

PARTAGER

Coronavirus : 35 cas à ce jour